Curiosity découvre un ancien cours d'eau sur Mars

Les roches martiennes remplies de galets de rivière découvertes par Curiosity. Crédit : NASA/JPL-Caltech/MSSS

Le passé aquatique de Mars se confirme: le robot de la Nasa vient de découvrir, dans le cratère Gale, des graviers jadis transportés par l'eau.

Les chercheurs en étaient convaincus : si l'eau a coulé à la surface de Mars il y a plusieurs milliards d'années, elle avait dû charrier avec elle des cailloux et, lentement, les polir en galets. Ces galets, que Mars Pathfinder, Spirit et Opportunity ont cherché en vain, Curiosity vient de les trouver.

Les mêmes galets que sur Terre

En examinant deux affleurements rocheux — surnommés "Hottah" et "Link" par les scientifiques de la mission — grâce à ses diverses caméras, Curiosity a en effet mis en évidence des galets très ronds cimentés dans une matrice rocheuse. Des structures que l'on retrouve sur Terre, dans le fond des rivières, comme le montre le comparatif ci-dessous:

Comparatif entre roches martiennes de Hottah et la Terre. Crédit : NASA/JPL-Caltech/MSSS

À gauche Mars, à droite la Terre : deux exemples de galets formés en présence d'eau.
Crédit : NASA/JPL-Caltech/MSSS

Eau stagnante ou en mouvement ?

En conférence de presse, l'équipe a révélé que, d'après la taille, la forme et la distribution de ces galets, l'eau qui les a charriés devait se déplacer à raison de 1 m/s, être profonde de quelques centimètres à 1 m et avoir coulé pendant au moins 1000 ans.

"Les débats sont encore vifs, tempère Violaine Sautter, du Muséum national d'histoire naturelle et membre de l'équipe de la caméra Chemcam. Si une majorité pense que l'on a affaire à un ancien lit de rivière, d'autres défendent l'hypothèse d'un fond de lac, voire de chenaux de débâcle. Une chose est sûre: les galets sont trop gros pour avoir été érodés par le vent, ces structures sont l'œuvre de l'eau. Les résultats des tirs lasers que nous venons d'effectuer avec Chemcam devraient nous en dire davantage sur l'histoire de ces affleurements rocheux."

Plaine alluviale dans le cratère Gale, sur Mars. Curiosity en route vers Glenelg. Comparatif entre roches martiennes de Hottah et la Terre. Crédit : NASA/JPL-Caltech/MSSS

Cette carte montre la vallée et le delta alluvial qui la termine. Ce dernier se répand
sur le site d'arrivée de Curiosity (croix noire). Crédit : NASA/JPL-Caltech/MSSS

Premières analyses d'échantillons sur Glenelg

Depuis sa découverte marquante sur "Hottah' et "Link", Curiosity a déjà repris sa route vers Glenelg, qui n'est plus maintenant qu'à une semaine de route vers l'est :

Curiosity en route vers Glenelg. Comparatif entre roches martiennes de Hottah et la Terre. Crédit : NASA/JPL-Caltech/MSSS

Curiosity, en route vers Glenelg, a observé des galets en deux endroits
baptisés informellement Link et Hottah. Crédit : NASA/JPL-Caltech/MSSS

Là-bas, sur ce site à la frontière entre trois terrains géologiques différents, les scientifiques ont l'intention de mener leurs premières analyses d'échantillons avec les instruments SAM et ChemMin.

Découvrez comment les scientifiques et les ingénieurs de la mission MSL travaillent à l'heure martienne avec l'article "Ces martiens qui pilotent Curiosity" dans le numéro d'octobre de Ciel & Espace, actuellement en kiosque.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Xavier Pasco : « La Nasa ne sait plus pourquoi elle est là »

    À l’heure où la Maison-Blanche vient de publier sa proposition de budget 2019 pour la Nasa, l’agence spatiale américaine subit une crise plus profonde, existentielle. C’est l’analyse de Xavier Pasco, spécialiste des questions spatiales à la Fondation pour la recherche stratégique.

  • La galaxie d’Andromède est née d’une collision

    La galaxie M31, voisine de notre Voie lactée, serait beaucoup plus jeune que prévu. Et elle résulterait de la fusion de deux galaxies. C’est la découverte réalisée par une équipe franco-chinoise de l’observatoire de Paris.

  • Comment les trous noirs dirigent la vie des galaxies

    Le taux de formation stellaire d’une galaxie dépend de la taille de son trou noir central, d’après une étude parue dans la revue “Nature” en janvier 2018. Chez les grandes galaxies, plus le trou noir est massif, plus la création d’étoiles est efficace, mais brève…