Comment la Nasa évite de chercher la vie sur Mars

Préparation du rover martien Sojourner en salle blanche. © Nasa
À force de vouloir protéger la planète rouge d’une éventuelle contamination terrestre, la Nasa écarte de son exploration les régions les plus intéressantes pour la recherche de la vie. Un paradoxe quand, dans le même temps, l’agence envisage des missions humaines sur Mars.
« Nous n’avons jamais cherché la vie sur Mars durant ces quarante dernières années. » Pour Alberto Fairen, du Centre d’astrobiologie de Madrid (associé au Nasa Astrobiology Insitute), c’est clair, la Nasa a soigneusement évité d’approcher toute région de Mars susceptible d’abriter une forme de vie.

Ainsi, au début de l’année 2017, les équipes du rover martien Curiosity ont dû se tenir à distance d’une zone contenant des saumures, mélange d’eau et de sel, soit un habitat potentiel pour une vie microbienne. De même, les scientifiques de la future mission européenne Exo-Mars seront contraints de ne pas explorer les régions les plus propices à la vie.

Contraints par qui ? Par le Bureau de la protection planétaire (Office of planetary protection, ou
...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Interview : Brian May, la musique et l’astro en stéréo

    Le guitariste du groupe Queen a trois passions : la musique, bien sûr, mais aussi l’astronomie et l’imagerie 3D. Brian May nous a raconté comment il jongle entre les trois.

  • Mu Cephei expulse de la matière par bouffées

    Pour la première fois, des astronomes ont réalisé une carte 3D des phénomènes de perte de masse d’une supergéante rouge. Des images exceptionnelles obtenues grâce au réseau d’antennes de l’observatoire NOEMA (Northern Extended Millimeter Array), implanté dans les Alpes françaises.

  • Sonde Bepi-Colombo : les défis d’un voyage vers Mercure

    Située à “seulement” 58 millions de kilomètres du Soleil, Mercure présente des difficultés particulières pour tout visiteur spatial. Didier Morançais (Airbus) détaille les défis techniques à relever pour amener la sonde Bepi-Colombo aux abords de la première planète.