Charon : une ressemblance inattendue avec la Lune

La surface de Charon fait penser à celle du satellite de la Terre. ©Nasa/JHUAPL/SwRI.

La première image du survol de Charon vient d'être dévoilée et montre une surface à l'aspect très inattendu pour les astronomes.

Que Pluton soit active n'a pas été une surprise : son atmosphère et la zone claire en forme de coeur baptisée « Tombaugh Regio », et visible depuis la Terre par Hubble, le laissaient supposer.

En revanche, les chercheurs ont été très surpris par le satellite Charon. Ils pensaient découvrir sur les images de New Horizons une surface figée dans le temps, très cratérisée. Mauvaise pioche !

Une ressemblance troublante avec la Lune

L'image publiée le 15 juillet 2015 a ceci de très étonnant que le zoom fait par New Horizons lors du survol fait beaucoup penser à la surface de la Lune.

L'analogie pourrait s'arrêter là, car la surface de Charon est faite de glace d'eau. Sauf qu'il y fait si froid que l'eau est aussi dure que la roche !

On distingue de grandes zones planes sans cratères, comme si ces dernières avaient été remplies par un liquide qui se serait solidifié en refroidissant. Sur la Lune, les bassins d'impacts géants ont ainsi été comblés par de la Lave.

Sur Charon, on voit même quelques pics qui émergent d'une de ces plaines. Sur la Lune, certains reliefs de ce type sont des volcans.

Des failles énigmatiques

Plus étonnant encore : on distingue de longues failles comme sur Pluton. Ces structures sont probablement anciennes puisque l'une d'elles est recouverte par un impact. Elles peuvent avoir été produites lorsque Charon s'est refroidi.

En se contractant lors de ce processus, la surface a peut-être formé ce que les géologues appellent des grabens, c'est-à-dire des failles d'effondrement. Il peut aussi s'agir de tunnels dans lesquels un liquide aurait coulé, et dont le plafond se serait effondré. De tels tunnels formés par la lave existent en nombre sur la Lune, et même sur Terre à Hawaï ou en Islande.

Ci-dessous, la région de Rimae Hyginus, sur la Lune, montre à la fois un tunnel de lave et des grabens. ©NASA/LRO

Un impact géant ?

Une falaise court sur toute l'image prise le 13 juillet 2015. Il y a donc manifestement une vaste zone plus haute qu'une autre. Il sera intéressant d'avoir une carte globale pour voir s'il peut s'agir de la trace d'un impact géant.

On rencontre aussi cette différence d'altitude entre deux hémisphères sur Mars, et les planétologues supposent que c'est le résultat d'un impact titanesque. Il faudra sinon trouver un processus géologique capable de former une structure aussi grande. Et c'est loin d'être évident !

Une dépression inhabituelle

La zone la plus curieuse dans cette image est en haut du champ. Une dépression présente un gigantesque pic central. Il s'agit peut-être d'un cratère d'impact, mais la structure semble assez irrégulière, et le pic anormalement élevé.

L'énigme du pôle sombre

Nous soulignions le 13 juillet l'aspect inhabituel du pôle Nord de Charon : il est très sombre. Il pourrait s'agir de matériaux issus de l'atmosphère de Pluton, qui s'échappe continuellement. Ces éléments se trouveraient ensuite piégés vers les pôles de Charon, tout simplement parce qu'il s'agit de zones froides.


Deux autres images à venir

La photo du survol est très compressée et montre des artéfacts avec des structures en carré dans les zones peu contrastées. C'est volontaire : pour satisfaire leur curiosité et celle du public, l’équipe de New Horizons a programmé le rapatriement le plus rapide possible de quelques données clés. Cette photo a donc été compressée à bord même de la sonde spatiale.

Une version de meilleure qualité sera envoyée vers la Terre dans les mois qui viennent. Mais le débit est très lent à cette distance, avec un engin qui dispose de seulement 200 W d'énergie. Il faudra 16 mois pour récupérer toutes les données.

Un dossier de 20 pages dans le nouveau Ciel & Espace

Pour un guide complet de New Horizons et la suite de sa mission au-delà de Pluton, rendez-vous dans le Ciel & Espace de juillet-août, actuellement en kiosque et également disponible en version numérique. Découvrez notre grand dossier «Pluton, la porte du royaume des glaces » au sein d'une toute nouvelle formule enrichie.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Alexei Leonov, premier piéton de l’espace, est mort

    Le 18 mars 1965, vêtu de son scaphandre, il avait été le premier humain à sortir de son vaisseau spatial pour flotter librement dans l’espace. Le Russe Alexei Leonov, qui avait aussi participé à la mission Apollo-Soyouz en 1975, est mort à l’âge de 85 ans.

  • Matière noire : donnez votre corps à la science !

    Vous n’avez pas encore été transpercé par une particule de matière noire macroscopique ? Si elle existe, c’est donc qu’elle fait plus de 50 kg ! Tel est le résultat d’une étude très sérieuse qui considère le corps humain comme… un détecteur de matière noire.

  • La sonde Juno sauve sa mission grâce à une manœuvre inédite

    Pour éviter l’ombre de Jupiter, Juno a dû allumer ses moteurs pendant plus de 10 heures afin de changer de trajectoire. Une manœuvre risquée mais réussie qui prolonge la mission autour de la planète géante.