Avec la Tesla de Musk, le top 10 des objets spatiaux insolites

La voiture Tesla Roadster après son placement sur orbite. © Space X
La voiture rouge d’Elon Musk n’est pas la première bizarrerie à avoir été expédiée dans l’espace. Tel un grenier rempli de souvenirs et autres étrangetés, le Système solaire recèle des objets satellisés pour des raisons parfois étonnantes.
Depuis le 6 février 2018, une voiture flotte dans l’espace. Après le lancement réussi de la fusée Falcon Heavy, la Tesla rouge d’Elon Musk qui se trouvait dans sa coiffe a été exposée au vide. Grâce à trois caméras disposées tout autour, elle a gratifié les réseaux sociaux de photos impressionnantes avec la Terre en arrière-plan. Mais elle n’est pas la seule curiosité à errer dans l’espace. Elle ne fait que s’ajouter à une petite liste d’artefacts insolites qui ont été expédiés volontairement en direction des autres planètes.

Le corps céleste qui détient la plus belle collection reste sans conteste la Lune où douze astronautes se sont rendus et où ils ont laissé toute une variété de curiosités. Pour n’en citer que quelques-unes : le retardateur...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Vidéo : Les origines de l’Univers explorées avec Hervé Dole

    Hervé Dole étudie la formation et l'évolution des grandes structures (galaxies et amas de galaxies). Il participe notamment aux missions de l’ESA Planck et Euclid. En novembre 2018, il a exposé les récentes avancées dans notre connaissance de l’Univers lors des Rencontres du ciel et de l’espace (RCE).

  • Admirez l’éclipse totale de Lune du 21 janvier !

    Il faudra être un lève-tôt, ce lundi 21 janvier 2019, pour apercevoir la Lune plonger dans l’ombre de la Terre ! Un spectacle assez rare, étonnant et beau, à contempler pendant plus d’une heure en direction de l’ouest !

  • Enquête sur Asgardia : la première nation de l’espace intrigue

    Le Russe Igor Ashurbeyli a fondé voilà deux ans Asgardia, qui revendique 280 000 citoyens à travers le monde. Ce premier royaume spatial, en réalité surtout numérique, se veut pacifiste et humaniste et souhaite être reconnu par les Nations unies. Mais peut-on faire confiance à un ex-fabriquant de missiles ?