Saturne à l’opposition depuis le Pic du Midi

Saturne, le 11 juin 2017 au télescope de 1 m du Pic du Midi. Crédit : Damian Peach
L’astronome amateur Damian Peach a passé quelques jours à l’observatoire du Pic du Midi et a utilisé le télescope de 1 m pour produire une image incroyable de la planète aux anneaux.

Prenez l’un des meilleurs astronomes amateurs du monde. Amenez-le au sommet du Pic du Midi, l’un des sites astronomiques les plus réputés sur la planète avec tout un groupe d'experts. Puis patientez trois jours et trois nuits, en ce début juin 2017. Et vous obtenez ce qui est probablement l’image de Saturne la plus détaillé jamais réalisée depuis un observatoire terrestre. Et cela, malgré une planète très basse sur l’horizon sud, pas plus de 24° de hauteur.

Travail collectif au 1 m du Pic

Damian Peach, son auteur, est lui-même étonné des conditions qui lui ont permis cette performance : « En vingt ans de photo, je n’ai jamais vu une image si stable avec la planète si basse dans le ciel. »

L'amateur anglais excelle dans la prise de vue, mais aussi et surtout dans le traitement d'images. Ici, l’acquisition des clichés s’est faite en équipe : Damian Peach a collaboré avec les astronomes professionels François Colas et Ricardo Hueso, et les amateurs Marc Delcroix, Emil Kraaikamp, Gérard Thérin et Constantin Sprianu.

Ces astrophotographes chevronnés, sont venus se former à l'utilisation du télescope de 1 m du Pic, en vue de prochaines missions communes entre les professionels et les amateurs, dans le cadre du projet Europlanet H2020 soutenu par l’Europe"

La meilleure image depuis la Terre ?

Ce portrait de Saturne est-il le plus précis jamais obtenu depuis un observatoire ? C’est possible. Les spécialistes peuvent s’essayer à le comparer avec tous les clichés déjà existants n’ayant pas été pris par un télescope spatial. Par exemple, avec celle du VLT datant de 2002. Le résultat est en tout cas bluffant.

Prise le 11 juin 2017, à seulement quatre jours du passage de Saturne à l’opposition (écouter à ce sujet notre podcast), cette photo unique montre sans ambiguïté la structure hexagonale des nuages centrée sur le pôle Nord, et qui a été photographiée en détail par la sonde Cassini. Au centre de l’hexagone, on devine même aisément, en plus sombre, le vortex qui a été vu de près par la sonde américaine.

Une tempête sur la planète

Le cliché de Damian Peach est aussi tellement détaillé qu’il permet de voir sans difficulté une tempête de forme ovale aux latitudes nord tempérées de la planète. Cette formation plus claire que l’ensemble de l’atmosphère saturnienne mesure quelques centaines de kilomètres de diamètre seulement.

Des détails dans les anneaux

Dans les anneaux, on discerne aisément la division d’Encke (presque au bord de l’anneau). Celle-ci est généralement très difficile à apercevoir visuellement dans un télescope de moins de 300 mm.

Et le pôle Sud de Saturne (légèrement bleuté, en bas) est visible à travers la division de Cassini, bien large. Enfin, on peut admirer une série d’anneaux concentriques au sein de l’anneau C, le plus proche de la planète. D’ailleurs, l’ombre des anneaux sur les nuages de l’hémisphère Sud se devine à travers cette portion transparente,.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Retour sur Terre pour trois astronautes de l’ISS

    La capsule Soyouz qui abritait Scott Tingle, Norishige Kanai et Anton Shkaplerov s’est posée sans encombre au Kazakhstan le 3 juin 2018 à 6h34, heure locale. Les trois astronautes ont passé 168 jours à bord de l’ISS.

  • Une étrange étoile à neutrons dans le Petit Nuage de Magellan

    L'observation par le satellite X Chandra du reste de supernova E0102 révèle une étrange configuration : pourquoi cette vaste structure est-elle décentrée par rapport à l'étoile à neutrons née de l'explosion ?

  • La baie du mont Saint-Michel depuis l’espace

    Un des sites touristiques les plus visités de France a été photographié par le satellite Sentinel-2 durant une marée descendante. La mission Sentinel-2 observe notre planète pour y recenser les stigmates du réchauffement climatique.