Xavier Bonfils : « Les exoplanètes de la masse de la Terre sont les plus abondantes »

Xavier Bonfils, le découvreur de l'exoplanète Ross 128 b, à l'observatoire de La Silla, au Chili. Crédit : Thibaut Moulin
Le découvreur de la planète Ross 128 b, l’astronome Xavier Bonfils, traque les exoplanètes autour des étoiles naines rouges depuis presque quinze ans. Pour lui, l'étude des exo-Terre commence maintenant.
Ciel & Espace : Après la découverte en 2016 d'une exo-Terre dans la zone habitable de Proxima du Centaure, celle de Ross 128 b à seulement 11 années-lumière donne le sentiment que les choses s'accélèrent sur le front des exoplanètes. Est-ce que nous vivons un moment particulier ?

Xavier Bonfils : En effet, cette année a été singulièrement riche. Autour des étoiles naines rouges, celles qui ont ma préférence, nous avons non seulement découvert la planète Ross 128 b, mais aussi trois exoplanètes de 0,8, 1 et 1,1 masse terrestre autour de l’étoile GJ 54.1, à 12,1 années-lumière (les plus “légères” jamais détectées par la méthode des vitesses radiales) ; une super-Terre de 8 masses terrestres dans la zone habitable de son étoile, baptisée K2-18 ;...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Vidéo : Les origines de l’Univers explorées avec Hervé Dole

    Hervé Dole étudie la formation et l'évolution des grandes structures (galaxies et amas de galaxies). Il participe notamment aux missions de l’ESA Planck et Euclid. En novembre 2018, il a exposé les récentes avancées dans notre connaissance de l’Univers lors des Rencontres du ciel et de l’espace (RCE).

  • Admirez l’éclipse totale de Lune du 21 janvier !

    Il faudra être un lève-tôt, ce lundi 21 janvier 2019, pour apercevoir la Lune plonger dans l’ombre de la Terre ! Un spectacle assez rare, étonnant et beau, à contempler pendant plus d’une heure en direction de l’ouest !

  • Enquête sur Asgardia : la première nation de l’espace intrigue

    Le Russe Igor Ashurbeyli a fondé voilà deux ans Asgardia, qui revendique 280 000 citoyens à travers le monde. Ce premier royaume spatial, en réalité surtout numérique, se veut pacifiste et humaniste et souhaite être reconnu par les Nations unies. Mais peut-on faire confiance à un ex-fabriquant de missiles ?