Vidéo : En quête des origines du Système solaire et de la vie, avec Alessandro Morbidelli

L’astronome Alessandro Morbidelli. © C&E
Alessandro Morbidelli est mondialement connu pour son « modèle de Nice » qui décrit comment le jeune Système solaire s’est agencé. Il pilote le programme interdisciplinaire de recherche « Origins ». De la formation des planètes à l’apparition de la vie, il fait le point sur les connaissances actuelles et nos espoirs de découvertes.

Sans aucun doute, la question de l’existence d’une vie « ailleurs » dans l’Univers fascine le plus large public. Et sa perception a bien changé. D’autant que, les progrès de l’astronomie aidant, le sentiment général est que nous n’avons jamais été aussi prêts de découvrir les signes d’une activité biologique sur une autre planète que la Terre. Que ce soit dans les couches sédimentaires de la planète rouge — où l’on en recherche les traces fossiles — ou dans l’atmosphère d’une exoplanète éclairée par son étoile, l’armada de sondes, de satellites et de télescopes spatiaux et terrestres laisse penser que la quête est proche d’aboutir.

À découvrir également : notre nouveau hors-série Le grand récit de nos origines

Pour obtenir une réponse basée sur des faits, un ambitieux programme interdisciplinaire piloté par le CNRS est lancé : le PEPR « Origins ». Coordonné par Maud Langlois et Alessandro Morbidelli, il tentera de répondre aux questions sur l’apparition de la vie grâce à des techniques innovantes et de nouveaux instruments. Dans ce nouveau grand entretien de Ciel & espace, Alessandro Morbidelli fait le point sur nos connaissances sur le Système solaire, l’eau et l’émergence du vivant.

L’invité :

Le planétologue Alessandro Morbidelli est directeur de recherche CNRS au Laboratoire J.-L. Lagrange à l’observatoire de la Côte d’Azur. Passionné de mécanique céleste, il est connu pour avoir formulé le « modèle de Nice », qui montre que la structure actuelle du Système solaire résulte d’une phase d’instabilité pendant son évolution. Il préside le groupe thématique Système solaire du Centre national d’études spatiales (Cnes) depuis 2019. Depuis 2023, il est titulaire de la chaire « Formation planétaire : de la Terre aux exoplanètes » au Collège de France.

Les grands entretiens de Ciel & espace sont organisés en partenariat avec le Club des chercheurs de la Fondation Victor Lyon de la Cité internationale universitaire de Paris, avec le soutien de la ville de Paris et du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Découverte de deux trous noirs supermassifs sur le point de fusionner

    Pour la première fois, une image prise avec le télescope spatial James Webb montre deux trous noirs supermassifs très proches l’un de l’autre. La scène, qui se déroule à des milliards d’années-lumière, donne un indice sur le processus de formation des trous noirs qui occupent le centre de nombreuses galaxies.

  • Problème de propulsion pour Bepi-Colombo en route vers Mercure

    La sonde européenne en route vers Mercure fait face à un souci : ses propulseurs ioniques ne fonctionnent plus à pleine puissance. L’Agence spatiale européenne tente de déterminer l’origine du problème qui, pour l’heure, ne devrait pas menacer le prochain survol de la première planète du Système solaire.

  • Les trous noirs sont en une du Ciel & espace 595, en kiosque le 15 mai

    Au sommaire du magazine Ciel & espace de juin-juillet 2024 : les trous noirs tout proches de nous ; la bataille des géants entre l’ELT européen et le TMT américain ; l’abbé Lacaille, l’explorateur du ciel austral ; le test de la lunette Askar FRA400…