Une Française à la tête du plus grand projet de radioastronomie

L’astrophysicienne française Catherine Cesarsky. © Cirone-Musi
L’astrophysicienne française Catherine Cesarsky vient d’être nommée présidente du Conseil d’administration du Square Kilometer Array (SKA).

Le Square Kilometre Array (SKA) est un ensemble de radiotélescopes puissants, actuellement en cours de construction en Afrique et en Australie. Il sera aussi important pour l’astronomie de demain que des grands projets comme le télescope spatial James Webb (JWST) des Américains ou l’Extremely Large Telescope (ELT) européen. L’étude de l’ELT a d’ailleurs été lancé par Catherine Cesarsky lorsqu’elle était directrice de l’Observatoire européen austral, de 1999 à 2007.

Ci-dessus, une vue d’ensemble de l'observatoire Meerkat, en Afrique du Sud.
C'est la première phase du projet SKA. © J.-L. Dauvergne/C&E


La nomination de Catherine Cesarsky est intéressante, car la France ne fait pas partie actuellement du projet SKA, mais un groupe d’étude piloté par Chiara Ferrarri, de l’observatoire de la Côte d’Azur, prépare une éventuelle adhésion.

Pour en savoir plus à ce sujet, nous vous invitons à lire notre reportage en Afrique du Sud publié dans le numéro de septembre-octobre de Ciel & Espace, actuellement en kiosque. Nous nous sommes rendu au Cap, d’où seront pilotés certains radiotélescopes, ainsi que sur le site de Meerkat, où 64 radiotélescopes sont en cours d’installation.

Leur nombre sera porté à 200 dans les années à venir,  et le consortium envisage même d’aller jusqu’à 2000 antennes déployés sur toute l’Afrique si des fonds supplémentaires viennent consolider le projet.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • La jeune Jupiter a-t-elle été percutée par une grosse planète ?

    Un corps dix fois plus massif que la Terre serait entré en collision avec la géante du Système solaire quand elle était encore en train de se former. L’immense impact permettrait d’expliquer l’étrange structure interne de la planète, mesurée par la sonde Juno.

  • Les robots débarquent dans la station spatiale internationale

    Le prochain vaisseau Soyouz à décoller pour rejoindre la Station spatiale internationale (ISS) ne comptera aucun astronaute à bord, seulement le robot humanoïde russe Fedor. Plus tard cette année, il devrait être rejoint par Robonaut 2, de conception américaine, qui retrouvera l’espace après plusieurs mois au sol pour réparations.

  • Anneaux de Saturne : leur jeunesse supposée est-elle déjà caduque ?

    A-t-on conclu trop vite au jeune âge des anneaux de Saturne ? Depuis 2017, le lot de mesures livré par la sonde Cassini dans ses derniers instants donne du grain à moudre aux astronomes. Mûrement réfléchi, le modèle le plus robuste pourrait finalement être celui d’anneaux anciens. Enquête.