Une expérience du Cern montre que l'antimatière brille comme la matière

© Maximilien Brice/CERN
L'expérience Alpha, installée au Cern, a permis pour la première fois de mesurer une fréquence d'absorption d'un anti-hydrogène, un anti-atome constitué d'un anti-proton et d'un positon (ou anti-électron).

Verdict : la fréquence observée, à la précision de la mesure (un cinquième de milliardième !), est identique à celle que l'on aurait mesuré sur un atome d'hydrogène. L'anti-hydrogène absorbe la lumière — et donc, la rayonne — exactement comme un atome d'hydrogène.

Pour les théoriciens, ce n'est pas une réelle surprise. Selon le modèle standard de la physique des particules, bâti ces cinquante dernières années — ou plus précisément en vertu de la symétrie CPT (charge - parité - temps) —, l'antimatière doit se comporter vis-à-vis du rayonnement électromagnétique comme la matière.

Cependant, parmi les théories qui tentent d'aller au-delà de ce modèle standard (notamment avec l'objectif d'unifier la physique quantique et la théorie de la relativité générale), beaucoup comme la théorie des cordes impliquent une violation de la symétrie CPT. D'où l'intérêt de la tester ! 

Le tour de force réalisé au Cern montre que, pour le moment, la physique du XXe siècle tient bon...

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Le chasseur d'exoplanètes TESS lancé avec succès

    Le successeur du télescope spatial Kepler a été lancé ce 19 avril 2018, à 0 h 51 heure française, par une fusée Falcon 9 de la compagnie Space X. Sa chasse aux exoplanètes proches devrait durer au moins deux ans.

  • Podcast : Des Terres qui basculent !

    Les formations géologiques à la surface des exoplanètes synchrones se déplacent en permanence ! Cet étrange effet, prédit par le planétologue Jérémy Leconte, pourrait avoir des conséquences sur l'habitabilité de certains mondes récemment découverts. Interview.

  • La sonde TGO à pied d’œuvre autour de Mars

    Le vaisseau de l’Agence spatiale européenne Trace Gas Orbiter (TGO) est sur le point d’entamer sa mission : détecter et analyser les gaz présents en faible proportion dans l’atmosphère martienne. Il est arrivé sur son orbite finale, à environ 400 km de la surface de Mars en février 2018.