Une belle comète découverte depuis le Maroc !

Cette photo montre la découverte de la comète. Les étoiles sont floues derrière en raison du mouvement apparent de l'objet pendant la prise de vue. ©Michel Ory/Moss.

L'astronome amateur Michel Ory a découvert une comète grâce à l'observatoire de l'Oukaimeden, au Maroc. Cette quatrième comète débusquée depuis ce site sera visible à l'œil nu dans un peu moins d'un an.

Il n'y a plus de hasard. Mis en route fin 2011, le télescope MOSS de 500 mm installé à l'observatoire de l'Oukaimeden vient de débusquer sa quatrième comète le 15 novembre 2013. Elle est baptisée C/2013 V5 (Oukaimeden). L'astronome amateur Michel Ory était aux commandes du télescope, en le pilotant à distance depuis le Jura Suisse.

Visible à l'œil nu en 2014

Les premières prévisions montrent que C/2013 V5 (Oukaimeden) va s'approcher de la limite de visibilité à l'œil nu autour du 20 septembre 2014. « Si c'est le cas, pour moi 2014, ce sera mon année, car il y a aussi le retour d'une autre comète que j'ai découvert : P/2008 Q2 (Ory)», se réjouit Michel Ory.

Vers le 20 septembre, elle ne sera pas visible depuis la France car elle restera sous l'horizon. Toutefois, elle pourra être suivie un peu avant, dans les premières semaines de septembre. D’une magnitude voisine de 8, elle devrait alors être détectable aux jumelles.

Il faudra se situer dans l'hémisphère Sud pour avoir une chance de la détecter à l'œil nu, lorsque sa magnitude sera voisine de 6.

Un passage unique ?

Cette comète a une trajectoire parabolique, c'est-à-dire qu'elle sortira du Système solaire après son passage auprès du Soleil. À moins qu'elle ait une période tellement longue qu'il n'est pas encore possible de la calculer avec la connaissance actuelle de son orbite.

Le passage de 2014 se fera à une distance respectable du Soleil, comparable à celle qui sépare Vénus. C'est bien plus que le périhélie de la comète ISON, au cœur de l'actualité, puisque celle-ci rasera le Soleil à moins de 1,2 million de kilomètres, le 28 novembre 2013.

Un observatoire prolifique

Jusqu'à la fin de l'année 2011, le télescope de 500 mm du projet MOSS était installé chez l'astronome amateur François Kugel. De là, sous le ciel des Alpes-de-Haute-Provence, sa propriétaire, Claudine Rinner, avait repéré 1760 astéroïdes... mais aucune comète.

Depuis octobre 2011, le télescope a migré en sous le ciel pur de l'Atlas marocain en montant un partenariat entre l'Atlas Golf de Marrakech, Michel Ory via la Société Jurassienne d'Astronomie, et l'Université Cadi Ayyad de Marrakech.

Depuis les découvertes exceptionnelles se succèdent. Dès le 15 novembre 2011, la Française a repéré son premier astéroïde géocroiseur (2011 VP 12), suivi de la découverte de la comète P/2011 W2 (Rinner) le 28 novembre 2011, la comète C/2012 CH17 (MOSS) a été trouvée le 13 février 2012, et la comète P/2013 CE31 (MOSS) le 5 février 2013.

Pour aller plus loin
Pour en savoir plus sur l'observatoire de l'Oukaimeden, retrouvez notre reportage publié dans le numéro d'octobre 2013 de la revue Ciel & Espace, disponible en version numérique ou papier.


Moss aura peut-être bientôt un voisin encore plus gros : Trappist Nord.
Un portrait de Claudine Rinner a été publié dans Ciel & Espace à l'occasion de sa première découverte, dans le numéro de janvier 2012, disponible en version numérique.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Alexei Leonov, premier piéton de l’espace, est mort

    Le 18 mars 1965, vêtu de son scaphandre, il avait été le premier humain à sortir de son vaisseau spatial pour flotter librement dans l’espace. Le Russe Alexei Leonov, qui avait aussi participé à la mission Apollo-Soyouz en 1975, est mort à l’âge de 85 ans.

  • Matière noire : donnez votre corps à la science !

    Vous n’avez pas encore été transpercé par une particule de matière noire macroscopique ? Si elle existe, c’est donc qu’elle fait plus de 50 kg ! Tel est le résultat d’une étude très sérieuse qui considère le corps humain comme… un détecteur de matière noire.

  • La sonde Juno sauve sa mission grâce à une manœuvre inédite

    Pour éviter l’ombre de Jupiter, Juno a dû allumer ses moteurs pendant plus de 10 heures afin de changer de trajectoire. Une manœuvre risquée mais réussie qui prolonge la mission autour de la planète géante.