Trois nouveaux astronautes à bord de l'ISS

Le 13 septembre 2017, la fusée russe Soyouz emporte trois nouveaux passagers vers l'ISS. © Nasa
Après un lancement parfait depuis le cosmodrome de Baïkonour et 5h40 de vol, les astronautes américains Mark Vande Hei, Joseph Acaba et le cosmonaute russe Aleksandr Misurkin ont atteint l'ISS à bord de leur Soyouz MS-06 ce 13 septembre 2017, à 4h57 heure française.

Propulsée par 20 millions de chevaux, la fusée russe de 50 mètres de haut et de 300 tonnes au décollage (dont 7 tonnes pour le vaisseau lui-même) a rejoint l'espace en un peu moins de 9 minutes. Son équipage retrouve à bord de la station spatiale internationale (ISS) les astronautes Randy Bresnik (Nasa), Sergey Ryazanskiy (Roscosmos) et Paolo Nespoli (ESA).

Pendant leur mission de 167 jours, les trois hommes de l'expédition 53 et leur collègues testeront notamment la fabrication de fibres optiques en apesanteur, un nouveau matériau susceptible d'adhérer aux os en quelques minutes pour accélérer la réduction des fractures, et participeront à une étude sur les moyens de ralentir, voire d'inverser l’atrophie musculaire durant un vol spatial.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Un spectaculaire éclair à la limite de l’espace

    Un amateur français a saisi un spectaculaire éclair à très haute altitude. Son image est l’une des plus belles jamais vues de ce phénomène encore en partie mystérieux qui n’a été découvert qu’à l’orée des années 1990 depuis l’espace.

  • Une éclipse de Soleil comme vous n’en avez jamais vue

    Lauréat d’un concours photo organisé par l’observatoire de Greenwich, Nicolas Lefaudeux a réussi à photographier l’éclipse totale de Soleil du 21 août 2017 d’une manière totalement inédite.

  • Un volcan de Mars en éruption ? Non, un drôle de nuage !

    Sur une image récente de la sonde Mars Express, l’un des volcans de Tharsis semble émettre un spectaculaire panache de fumée… Mais pas de roches en fusion à l’origine du phénomène, plutôt une curiosité météorologique.