Trois hommes de Mars 500 marchent sur une planète rouge virtuelle

Diego Urbina et Alexandr Smoleevskiy, au début de leur première excursion sur le sol simulé de Mars, le 14 février 2011. Crédit : ESA / IPMB

Trois membres de l'expérience Mars 500 ont foulé le sol reconstitué de la planète, durant 70 minutes.

Mars 500 a pour but de simuler et de préparer un voyage sur Mars. "Parti" de Terre en juin 2010, son équipage est aujourd'hui à la mi-temps de son odyssée virtuelle : l'exploration humaine de la quatrième planète du Système solaire.

Mars à Moscou

Le 3 juin 2010, les six hommes de Mars 500 se sont enfermés volontairement dans des modules aménagés simulant un engin spatial. Depuis, confinés à bord de leur vaisseau statique, installé dans la banlieue de Moscou, ils ont fait route vers la planète rouge.

Un petit pas sur une fausse planète

Le 8 février 2011, trois membres de l'équipage sont entrés dans l'atterrisseur virtuel : le Russe Alexandre Smoleevskiy, l'Italien Diego Urbina et le Chinois Wang Yue. Ils ont « atterri » sur Mars quatre jours après.

Ce 14 février, une première sortie a été réalisée. Équipés de combinaisons spatiales russes Orlan, les astronautes ont évolué sur un terrain de 60 m2 dont le sol, fait de sable ocre et de roches, reproduisant la surface du cratère martien Gusev.

La deuxième sortie sera effectuée par Smoleevskiy et Yue, le 18 février 2011, et la dernière, par Smoleevskiy et Urbina, le 22 février 2011.

Les trois hommes vont vivre dans l'atterrisseur pendant 16 jours. Puis, ils vont remonter « en orbite » le 23 février 2011, pour s'amarrer au vaisseau principal le jour suivant. Le sas entre les modules sera ouvert le 27 février, date à laquelle les trois astronautes rejoindront le reste de l'équipage, resté « en orbite » (en réalité, à quelques mètres d'eux).

Une étude psychologique des longs voyages spatiaux

La mission Mars 500 est un partenariat entre l'Institut des problèmes biomédicaux de Moscou (IPMB) et l'Agence spatiale européenne (ESA). Elle a pour but principal d'étudier les comportements des astronautes durant un si long voyage spatial.

Une étude psychologique dont l'intérêt augmentera encore le 1er mars, avec le début du retour vers la Terre. Un voyage monotone de huit mois, sans temps fort à attendre, une fois l'exploration martienne passée.

Pour en savoir plus, lisez également "Allo la Terre, ici Mars 500", l'interview de Romain Charles, actuellement à bord de Mars 500, dans le Ciel & Espace de janvier 2011.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • La liste des 722 villes et villages étoilés de France devrait bientôt s’allonger

    L’ANPCEN, association qui milite pour la protection du ciel nocturne, a lancé en juin l’édition 2024 de son concours « villes et villages étoilés ». 722 communes ont déjà obtenu ce label par le passé. Nous en publions la liste intégrale, retrouvez-les sur notre carte !

  • Destruction en vol d’une Falcon 9 de SpaceX : quelles conséquences ?

    Dans la nuit du 11 au 12 juillet, le deuxième étage de la fusée Falcon 9 s’est endommagé juste avant la mise sur orbite de ses satellites. Ce premier échec depuis 2016 n’est pas sans répercussion sur un calendrier chargé de lancements, parmi lesquels des vols habités prévus dès cet été.

  • To the Moon, le film qui ne choisit pas

    L’État américain aurait imposé à la Nasa de tourner en studio les premiers pas sur la Lune de Neil Armstrong, pour que la victoire par l’image sur les Russes soit totale. Tel est le propos de « To the Moon », qui sort dans les cinémas en France le 10 juillet ; un film présenté comme une comédie, mais qui oscille entre plusieurs genres sans jamais choisir.