Test : le Skyvision Cassegrain 350, un télescope radicalement planétaire

Les nouveaux télescopes Cassegrain de Skyvision font partie des rares instruments de grand diamètre optimisés pour l’observation planétaire. Nous en avons testé un de 350 mm d’ouverture, personnalisé pour pousser ses performances plus loin encore par rapport à l’offre de catalogue initiale.
Première approche : une conception personnalisée S’il existe de nombreuses optiques intéressantes pour observer les planètes entre 180 et 250 mm de diamètre, le choix se complique lorsque l’on va vers les diamètres supérieurs. Les Schmidt-Cassegrain de 280 et 356 mm ont le vent en poupe dans ce domaine, mais ce sont avant tout des instruments polyvalents. Ils sont capables d’observer les planètes sans être totalement optimisés pour ce domaine en raison de leur obstruction centrale et de performances limitées dans le bleu. Avec sa série de Mewlon, Takahashi propose une solution vraiment dédiée au planétaire, mais le plus gros fait « seulement » 300 mm (nous l’avions testé), et son prix est élitiste en raison notamment des couts d’importation depuis le Japon.
Première approche : une conception personnalisée S’il existe de nombreuses optiques intéressantes pour observer les planètes entre 180 et 250 mm de diamètre, le choix se complique lorsque l’on va vers les diamètres supérieurs. Les Schmidt-Cassegrain de 280 et 356 mm ont le vent en poupe dans ce domaine, mais ce sont avant tout des instruments polyvalents. Ils sont capables d’observer les planètes sans être totalement optimisés pour ce domaine en raison de leur obstruction centrale et de performances limitées dans le bleu. Avec sa série de Mewlon, Takahashi propose une solution vraiment dédiée au planétaire, mais le plus gros fait « seulement » 300 mm (nous l’avions testé), et son prix est élitiste en raison notamment des couts d’importation depuis le Japon.

...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • A observer : Callisto joue avec l’ombre de Jupiter le 30 septembre

    C’est une éclipse partielle d’un type extrêmement rare que les amateurs peuvent tenter de suivre le vendredi 30 septembre au matin : le satellite Callisto vient flirter avec l’ombre de Jupiter. Le phénomène est si rare que les logiciels en perdent leur latin ! Pour en avoir le cœur net, nous vous invitons à l’observer.

  • La sonde DART a percuté l’astéroïde Dimorphos

    Les images sont spectaculaires. Et elles ont été diffusées en direct : la sonde américaine DART s’est approchée de sa cible à 23000 km/h en prenant des photos de plus en plus rapprochées. Jusqu’à l’impact, provoqué pour mesurer la déviation qu’il est possible d’induire sur un astéroïde.

  • Philippe Baptiste, président du Cnes : « Il faut réguler les activités sur la Lune »

    S’accorder sur l’exploration de la Lune, collaborer avec d’autres agences spatiales que sont les États-Unis ou la Chine, mais aussi développer des programmes qui nous sont propres : le président du Cnes détaille la voie de l’agence spatiale française.