RemoveDEBRIS, premier test d’un nettoyeur spatial

RemoveDebris partira à chasse aux débris spatiaux. © RemoveDEBRIS
Pour traquer les débris spatiaux autour de la Terre, la mission RemoveDEBRIS va tenter une première expérience de dépollution en conditions quasi réelles. Avec deux techniques testées : la pêche au harpon ou la chasse au filet.
Le 2 avril 2018, la fusée Falcon qui a décollé de cap Canaveral emportait un passager pas comme les autres. À l’intérieur de la capsule Dragon, destinée à ravitailler la station spatiale internationale (ISS), se trouvait RemoveDEBRIS, le premier satellite « benne à ordures » qui doit être testé en orbite. L’enjeu est d‘importance : selon les estimations, quelques 30 000 objets de 10 cm et plus tourneraient autour de la Terre. Autant de menaces pour les satellites encore en activité ou même l’ISS…

Financé par la Commission européenne et conçu par une équipe réunissant dix pays, RemoveDEBRIS est gros comme une machine à laver pour une masse d’environ 100 kg. Sitôt le vaisseau cargo Dragon amarré à l’ISS, il a été récupéré par les astronautes. Ceux-ci...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Fin de parcours pour les fusées russes Proton

    La Russie va mettre fin à la production de ses lanceurs Proton, conçus dans les années 1960 et qui avaient notamment servi à satelliser les stations Saliout ainsi que les modules de la station Mir ou encore de l’ISS.

  • Découverte d’eau sur l’exoplanète K2-18b… mais pas d'eau liquide

    Pour la première fois, des chercheurs ont détecté de l’eau dans l’atmosphère d’une exoplanète située dans la zone habitable de son étoile. Mais attention, cette eau n’est probablement pas liquide. Et la planète en question, K2-18b, est loin d’être une jumelle de la Terre.

  • Les astronomes traquent la première comète interstellaire

    Alerte ! La première comète venue d’un autre système planétaire pourrait bien avoir été découverte. Dans l’attente de nouvelles nuits d’observation pour en préciser la trajectoire et confirmer qu’elle provient de l’extérieur du Système solaire, l’engouement pour l’objet baptisé provisoirement C/2019 Q4 est total.