RemoveDEBRIS, premier test d’un nettoyeur spatial

RemoveDebris partira à chasse aux débris spatiaux. © RemoveDEBRIS
Pour traquer les débris spatiaux autour de la Terre, la mission RemoveDEBRIS va tenter une première expérience de dépollution en conditions quasi réelles. Avec deux techniques testées : la pêche au harpon ou la chasse au filet.
Le 2 avril 2018, la fusée Falcon qui a décollé de cap Canaveral emportait un passager pas comme les autres. À l’intérieur de la capsule Dragon, destinée à ravitailler la station spatiale internationale (ISS), se trouvait RemoveDEBRIS, le premier satellite « benne à ordures » qui doit être testé en orbite. L’enjeu est d‘importance : selon les estimations, quelques 30 000 objets de 10 cm et plus tourneraient autour de la Terre. Autant de menaces pour les satellites encore en activité ou même l’ISS…

Financé par la Commission européenne et conçu par une équipe réunissant dix pays, RemoveDEBRIS est gros comme une machine à laver pour une masse d’environ 100 kg. Sitôt le vaisseau cargo Dragon amarré à l’ISS, il a été récupéré par les astronautes. Ceux-ci...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Vidéo : Les origines de l’Univers explorées avec Hervé Dole

    Hervé Dole étudie la formation et l'évolution des grandes structures (galaxies et amas de galaxies). Il participe notamment aux missions de l’ESA Planck et Euclid. En novembre 2018, il a exposé les récentes avancées dans notre connaissance de l’Univers lors des Rencontres du ciel et de l’espace (RCE).

  • Admirez l’éclipse totale de Lune du 21 janvier !

    Il faudra être un lève-tôt, ce lundi 21 janvier 2019, pour apercevoir la Lune plonger dans l’ombre de la Terre ! Un spectacle assez rare, étonnant et beau, à contempler pendant plus d’une heure en direction de l’ouest !

  • Enquête sur Asgardia : la première nation de l’espace intrigue

    Le Russe Igor Ashurbeyli a fondé voilà deux ans Asgardia, qui revendique 280 000 citoyens à travers le monde. Ce premier royaume spatial, en réalité surtout numérique, se veut pacifiste et humaniste et souhaite être reconnu par les Nations unies. Mais peut-on faire confiance à un ex-fabriquant de missiles ?