Rebondissement pour le méthane martien : la sonde TGO n’en trouve aucune trace

La sonde martienne Trace Gas Orbiter. © ESA
La sonde Trace Gas Orbiter (TGO), chargée de trouver du méthane sur Mars depuis un an, n’en a toujours pas détecté, révèle un article de « Nature ». Pourtant, dix jours plus tôt, une autre étude annonçait que Mars Express et Curiosity en avaient bien reniflé. La question de l’existence du méthane martien est à nouveau relancée.
Les scénaristes d’une enquête à suspense n’auraient pas osé, le hasard du calendrier des publications l’a fait. Dix jours seulement après la diffusion, dans Nature Geoscience, d’une étude attestant que du méthane a bien été détecté sur Mars par le rover Curiosity et la sonde Mars Express, un nouveau rebondissement vient contredire en partie ces résultats.

La revue Nature publie, ce mercredi 10 avril 2019, un article dont l’intitulé ne laisse planer aucun doute : « No detection of methane on Mars from early ExoMars Trace Gas Orbiter observations » (« Aucune détection de méthane sur Mars d’après les premières observations d’ExoMars Trace Gas Orbiter »). La sonde européenne TGO a été placée en orbite autour de la planète rouge dans le but de pister...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Alexei Leonov, premier piéton de l’espace, est mort

    Le 18 mars 1965, vêtu de son scaphandre, il avait été le premier humain à sortir de son vaisseau spatial pour flotter librement dans l’espace. Le Russe Alexei Leonov, qui avait aussi participé à la mission Apollo-Soyouz en 1975, est mort à l’âge de 85 ans.

  • Matière noire : donnez votre corps à la science !

    Vous n’avez pas encore été transpercé par une particule de matière noire macroscopique ? Si elle existe, c’est donc qu’elle fait plus de 50 kg ! Tel est le résultat d’une étude très sérieuse qui considère le corps humain comme… un détecteur de matière noire.

  • La sonde Juno sauve sa mission grâce à une manœuvre inédite

    Pour éviter l’ombre de Jupiter, Juno a dû allumer ses moteurs pendant plus de 10 heures afin de changer de trajectoire. Une manœuvre risquée mais réussie qui prolonge la mission autour de la planète géante.