Première photo d’un trou noir : c’est pour quand ?

Vue d’artiste d’un trou noir. © Wallheaven
Annoncée pour fin 2017, la toute première photo d’un trou noir se fait attendre. Que se passe-t-il ? Les données, collectées par huit télescopes répartis 
sur toute la planète, sont plus difficiles que prévu à analyser.
« Si les meilleures conditions [...] sont réunies, l’Event Horizon Telescope (EHT) tiendra sa promesse et nous pourrons contempler dès 2017 l’image réelle d’un trou noir », confiait Shep Doeleman, le directeur de l’EHT, à Ciel & Espace en 2016. « Quand les résultats seront disponibles, début 2018, nous aurons, espérons-le, de nouvelles informations excitantes sur notre turbulent et fascinant centre galactique », indiquait en août 2017 un communiqué de presse de l’ESO (Observatoire européen austral), une des nombreuses organisations internationales qui participent à l’EHT (lire ci-après). 

On nous l’avait d’abord promise pour fin 2017, ce fut ensuite pour mi-2018, puis fin 2018… Mais force est de constater que la photo historique du trou noir central...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Fin de parcours pour les fusées russes Proton

    La Russie va mettre fin à la production de ses lanceurs Proton, conçus dans les années 1960 et qui avaient notamment servi à satelliser les stations Saliout ainsi que les modules de la station Mir ou encore de l’ISS.

  • Découverte d’eau sur l’exoplanète K2-18b… mais pas d'eau liquide

    Pour la première fois, des chercheurs ont détecté de l’eau dans l’atmosphère d’une exoplanète située dans la zone habitable de son étoile. Mais attention, cette eau n’est probablement pas liquide. Et la planète en question, K2-18b, est loin d’être une jumelle de la Terre.

  • Les astronomes traquent la première comète interstellaire

    Alerte ! La première comète venue d’un autre système planétaire pourrait bien avoir été découverte. Dans l’attente de nouvelles nuits d’observation pour en préciser la trajectoire et confirmer qu’elle provient de l’extérieur du Système solaire, l’engouement pour l’objet baptisé provisoirement C/2019 Q4 est total.