Première photo d’un trou noir : c’est pour quand ?

Vue d’artiste d’un trou noir. © Wallheaven
Annoncée pour fin 2017, la toute première photo d’un trou noir se fait attendre. Que se passe-t-il ? Les données, collectées par huit télescopes répartis 
sur toute la planète, sont plus difficiles que prévu à analyser.
« Si les meilleures conditions [...] sont réunies, l’Event Horizon Telescope (EHT) tiendra sa promesse et nous pourrons contempler dès 2017 l’image réelle d’un trou noir », confiait Shep Doeleman, le directeur de l’EHT, à Ciel & Espace en 2016. « Quand les résultats seront disponibles, début 2018, nous aurons, espérons-le, de nouvelles informations excitantes sur notre turbulent et fascinant centre galactique », indiquait en août 2017 un communiqué de presse de l’ESO (Observatoire européen austral), une des nombreuses organisations internationales qui participent à l’EHT (lire ci-après). 

On nous l’avait d’abord promise pour fin 2017, ce fut ensuite pour mi-2018, puis fin 2018… Mais force est de constater que la photo historique du trou noir central...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Vidéo : Les origines de l’Univers explorées avec Hervé Dole

    Hervé Dole étudie la formation et l'évolution des grandes structures (galaxies et amas de galaxies). Il participe notamment aux missions de l’ESA Planck et Euclid. En novembre 2018, il a exposé les récentes avancées dans notre connaissance de l’Univers lors des Rencontres du ciel et de l’espace (RCE).

  • Admirez l’éclipse totale de Lune du 21 janvier !

    Il faudra être un lève-tôt, ce lundi 21 janvier 2019, pour apercevoir la Lune plonger dans l’ombre de la Terre ! Un spectacle assez rare, étonnant et beau, à contempler pendant plus d’une heure en direction de l’ouest !

  • Enquête sur Asgardia : la première nation de l’espace intrigue

    Le Russe Igor Ashurbeyli a fondé voilà deux ans Asgardia, qui revendique 280 000 citoyens à travers le monde. Ce premier royaume spatial, en réalité surtout numérique, se veut pacifiste et humaniste et souhaite être reconnu par les Nations unies. Mais peut-on faire confiance à un ex-fabriquant de missiles ?