Pourquoi les fusées attirent la foudre quand elles décollent

La fusée Soyouz frappée par la foudre le 27 mai 2019. © Roscosmos
À presque 50 ans d’écart, deux fusées ont été frappées par la foudre au décollage. Cette mésaventure, survenue le 27 mai 2019 à une Soyouz russe, s’est terminée sans conséquence. Tout comme Apollo 12, le 14 novembre 1969. Pourtant, cela n’est pas sans danger.
L’événement survenu le 27 mai 2019 sur le cosmodrome de Plessetsk, en Russie, n’est pas commun. À 8 h 23 (heure française), quelques secondes après qu’elle a pris un peu de hauteur dans un ciel nuageux et sous la pluie, la fusée Soyouz 2.1b emportant un satellite Glonass a été frappée par un éclair. La scène saisie en vidéo est impressionnante : on voit le lanceur traversé de haut en bas par un éclair blanc. Et on le voit aussi continuer son ascension, comme si de rien n’était. De fait, il mènera sa mission à bien en déposant son satellite sur l’orbite prévue.



Vidéo du décollage de la fusée Soyouz, le 27 mai 2019. © Roscosmos

Cet épisode en rappelle un autre, similaire mais bien plus ancien. Le 14 novembre 1969 en toute fin de matinée, il pleut
...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Alexei Leonov, premier piéton de l’espace, est mort

    Le 18 mars 1965, vêtu de son scaphandre, il avait été le premier humain à sortir de son vaisseau spatial pour flotter librement dans l’espace. Le Russe Alexei Leonov, qui avait aussi participé à la mission Apollo-Soyouz en 1975, est mort à l’âge de 85 ans.

  • Matière noire : donnez votre corps à la science !

    Vous n’avez pas encore été transpercé par une particule de matière noire macroscopique ? Si elle existe, c’est donc qu’elle fait plus de 50 kg ! Tel est le résultat d’une étude très sérieuse qui considère le corps humain comme… un détecteur de matière noire.

  • La sonde Juno sauve sa mission grâce à une manœuvre inédite

    Pour éviter l’ombre de Jupiter, Juno a dû allumer ses moteurs pendant plus de 10 heures afin de changer de trajectoire. Une manœuvre risquée mais réussie qui prolonge la mission autour de la planète géante.