Pour les parachutes d’Exomars 2022, l’Europe fait appel à un fabricant américain

Test de parachute pour la mission Mars 2020 (Perseverance). © Airborne Systems
Face aux problèmes persistants que subissent les parachutes de sa mission Exomars, l’Agence spatiale européenne (ESA) a sollicité l’entreprise californienne Airborne. Un second équipementier pour doubler ses chances d’envoyer enfin son rover vers Mars en septembre 2022.

S’il y a bien une épine dans le pied de l’Agence spatiale européenne (ESA), ce sont les parachutes de sa mission Exomars 2022. Voici bientôt deux ans qu’ils posent problème. L’ESA ne parvient pas à certifier à 100% la sûreté de ces équipements qui doivent freiner le rover Rosalind Franklin dans sa descente vers le sol martien. Des déchirures apparaissent à chaque test dans l’atmosphère terrestre. Déjà en mai et en août 2019, mais aussi tout récemment, le 9 novembre 2020 dans l’Oregon. Et ce, malgré les améliorations successives apportées aux deux gigantesques toiles qui fonctionnent par paire.

Si le premier parachute affiche 15 m de diamètre, le second en atteint 35 m. Du jamais vu pour une mission interplanétaire. Mais il faut bien cela pour freiner près de 1,2 tonne de technologie. Car Rosalind ne vient pas seule. La mission Exomars 2022 (anciennement 2020) est partagée avec l’agence russe, chargée de sa plateforme d’atterrissage Kazachok. Le rover n’affiche que 310 kg à la pesée, mais il faut en compter 830 kg pour l’atterrisseur. La masse totale excède donc celle des rovers américains Curiosity (900 kg) ou Perseverance (1 t), qui arrivera sur Mars en février 2021. Ces deux engins bénéficient de surcroît d’un système de propulsion et d’une grue, le Sky Crane, capable de les déposer délicatement au sol au moyen de câbles. C’est pourquoi un parachute unique de 21 m diamètre a suffit pour Perseverance, et de 15 m pour Curiosity.

La sonde Exomars 2022, en cours de préparation. © ESA
La sonde européenne Exomars 2022 en cours de préparation. © ESA
Le rover Rosalind Franklin, installé sur l’atterrisseur russe Kazachok de la mission Exomars 2022. © ESA
Le rover Rosalind Franklin, installé sur l’atterrisseur russe Kazachok de la mission Exomars 2022. © ESA

Le fabricant des parachutes de Perseverance

La société américaine Airborne Systems, qui a équipé les deux rovers américains, va donc devoir monter d’un cran. Car c’est à elle que l’ESA a fait appel. « J’ai décidé de doubler le développement des parachutes de la mission Exomars », explique François Spoto, chargé de l’exploration martienne à l’ESA. Nous utiliserons à terme la paire de parachutes qui se montrera la plus fiable entre celle d’Airborne ou de l’entreprise italienne Arescosmo. »

Basée près de Turin, cette dernière n’a donc plus la primeur d’équiper l’Europe vers la planète rouge, faut d’être parvenue, à ce jour, à résoudre les problèmes auquel elle se frotte. Contrastant avec l’image qu’on peut se fait de l’industrie spatiale, Arescosmo est en réalité une petite entreprise d’une cinquantaine d’employés. Pour la plupart des couturières, qui confectionnent les toiles de parachutes de façon artisanale. Plus grosse, Airborne compte plus de 500 salariés répartis sur trois sites, dont celui Santa Ana en Californie.

Deux fois deux largages en 2021

Les quatre tests de largage en altitude, prévus en 2021, seront donc répartis entre Italiens et Américains. Au printemps, deux doivent être conduits depuis la base de Kiruna, dans le cercle polaire suédois. Puis deux autres à l’automne dans l’Oregon, comme ce fut le cas cette année. « Quatre essais, c’est très peu, admet François Spoto. Nous tentons actuellement d’en programmer un cinquième en Oregon dès le printemps 2021. »

Un faible nombre de tests qui s’explique en partie par la rareté des bases permettant de les accueillir. Kiruna est la seule restante en Europe. Malheureusement, elle est fermée plus de deux tiers de l’année. Dès lors, le projet doit faire appel à des prestations externes. Pour le compte d’Exomars, Airborne Systems avait d’ailleurs testé l’extraction des toiles de leur sac, lors d’un essai sur banc en décembre 2019.

Mais à devoir exporter ses essais aux États-Unis, le projet européen se frotte aux limites de son enveloppe financière. « Le “budget parachutes” initial était de 35 millions d’euros. Bien moins que les 350 millions de dollars consacrés à Perseverance, qui en plus n’en possédait qu’un seul », souligne François Spotto, qui regrette que l’ESA ait sous-estimé les dépenses à consentir dès le début du projet. « Les missions ambitieuses réclament de grands moyens », note-t-il. Des moyens aujourd’hui contraints d’être rallongés auprès d’un industriel en position de force au moment de négocier un prix.

Rappelons néanmoins que les États-Unis ont installé MOMA sur Rosalind Franklin. Le seul instrument scientifique américain à bord du rover. Mais le plus cher : 150 millions de dollars. Ainsi la nation de l’oncle Sam n’est pas totalement désintéressée par la réussite d’Exomars.

« All systems go »

Hormis les parachutes, les problèmes invoqués par la direction de l’ESA en mars 2020, au moment du report de la mission, semblent avoir été réglés. « Le logiciel de GNC [Guidage, navigation et contrôle, NDLR] fonctionne, autant que les systèmes de la plateforme Kazachok, décrit François Spoto. Bien que concernant cette dernière, le partenariat impose de faire confiance à Roscosmos [Agence spatiale russe] qui ne se dévoile pas. »

Souvent présenté comme responsable du report, le Covid-19 n’était pas l’unique obstacle au décollage d’Exomars en 2020 depuis Baïkonour. « Oui, mais, même si tout avait été prêt techniquement, la pandémie à elle seule aurait empêché l’affaire, corrige François Spoto. À l’inverse de la mission américaine Mars 2020, nous n’aurions pas eu les moyens d’affréter des vols charters pour convoyer nos équipes, par exemple. » Passées toutes ces complications, les premiers tours de roue de Rosalind Franklin sur le sol martien en 2023 n’en seront que plus jouissifs.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous