Philae retrouvé sur la comète « Chury » !

Tout à droite, le module Philae. ©ESA/Rosetta/MPS for OSIRIS Team MPS/UPD/LAM/IAA/SSO/INTA/UPM/DASP/IDA
L’Agence spatiale européenne a fini par retrouver le robot Philae (ci-dessus à droite) à la surface de la comète Churyumov-Gerasimenko, grâce à une photo prise par la sonde Rosetta le 2 septembre 2016.

Philae était bel et bien coincé à la base d’une falaise, dans un lieu plutôt épargné par les rayons du Soleil. Une photo prise par la sonde Rosetta le 2 septembre 2016 depuis une distance de seulement 2,7 km a permis de l’identifier sans le moindre doute. L’engin est bloqué, à l’ombre, dans une position assez éloignée de l’horizontale, comme le supposaient les scientifiques de la mission après son atterrissage mouvementé sur la comète le 12 novembre 2014.

La caméra Osiris photographie Philae

Si le petit module de 80 cm de côté a pu être repéré, c’est grâce à la caméra scientifique de Rosetta, qui produit des images très résolues. Surtout quand la distance est aussi courte que 2,7 km : les plus fins détails visibles sont de l’ordre de 5 cm par pixel !

Cette découverte intervient à peine moins d’un mois avant la fin de la mission. Rosetta doit en effet se poser sur la comète le 30 septembre 2016.

Philae est donc bloqué les pattes en l'air depuis des mois. Comme le détaille l'image suivante, le robot est intact mais étalé sur son flanc. C'est pourquoi il était si difficile de le repérer et de charger ses batteries (plus de la moitié de sa surface n'est jamais éclairée dans cette position). On comprend mieux l'origine de la première photo de Philae sur la comète.

Priorité à la science

Si la découverte de Philae et surtout la confirmation de son orientation présente un réel intérêt scientifique -- elles donnent le contexte réel dans lequel les données obtenues par Philae doivent être interpétées --, il n'est pas prévu de tenter un nouveau contact avec le petit robot.

"La comète est désormais très loin du Soleil, à 550 millions de kilomètres, si bien que Philae ne peut pas avoir assez d'énergie pour se réveiller. De plus, le passage de la comète près du Soleil en août 2015 a probablement fait subir au robot une surchauffe de son électronique. Par ailleurs, la sonde Rosetta elle-même dispose de moins en moins de puissance, et ses commnications avec la Terre, à 680 millions de kilomètres, sont très lentes !" explique Philippe Gaudon, chef de projet de la mission au Cnes. Par conséquent, les maigres ressources dont dispose encore Rosetta seront consacrées à ses observations scientifiques, pas à un hypothétique contact avec Philae. 

Peut-on au moins attendre de nouvelles images, plus précises encore ? "Dans les semaines qui viennent, Rosetta va continuer de se rapprocher de la surface de la comète, mais il n'est pas garanti du tout que l'on fasse de nouvelles images" répond Philippe Gaudon. Rosetta doit encore passer au-dessus du tombeau de Philae, mais l'illumination du site ne sera pas forcément plus favorable que ces derniers jours.

Une chose est sûre : "On ne changera pas la trajectoire pour un survol plus rapproché de Philae."

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Les nuages noctiluques font leur retour au crépuscule

    En juin et juillet, les longs crépuscules d’été réservent souvent une surprise : l’apparition d’étonnants nuages luminescents dans un ciel déjà sombre. Ces formations spectaculaires semblent surtout survenir en période de minimum d’activité solaire, et chacun peut les observer. C'est sans doute la dernière année favorable à leur observation avant 10 ans, donc profitez-en !

  • L’Europe pourrait construire son propre vaisseau spatial

    Serait-il possible de voir des astronautes s’envoler dans l’espace depuis la Guyane au sommet d’une Ariane 6 ? Toute la technologie nécessaire est déjà au point, répond l’étude du CNES présentée le 16 juin 2021 au forum GLEX sur l’exploration spatiale, à Saint-Pétersbourg.

  • Des complications pendant la sortie dans l’espace de Thomas Pesquet

    Au terme de leur sortie dans l’espace, Thomas Pesquet et Shane Kimbrough ne sont pas parvenus à déployer les panneaux solaires. Objectif manqué pour une mission qui a connu plusieurs couacs.