Non, l’origine extrasolaire de l’astéroïde 2015 BZ-509 n’est pas démontrée

Vue d'artiste d’un astéroïde. © Nasa/JPL-Caltech
Un astéroïde portant le nom de 2015 BZ-509 est sous le feu médiatique depuis qu’une étude proclame qu’il provient de l’extérieur du Système solaire. Ce corps céleste est-il vraiment un « immigrant » ? Certains spécialistes ont de sérieuses réserves.
« L'astéroïde 2015 BZ-509 est le tout premier corps du Système solaire dont l'origine extrasolaire est démontrée. » Le 21 mai 2018, c’est en ces termes que le CNRS annonce le résultat publié par deux astronomes dans la revue britannique MNRAS. La formulation ne laisse guère de place au doute : le petit corps céleste d’environ 3 km de diamètre, découvert en 2014 par les télescopes Pan-Starrs situés à Hawaï, ne peut avoir d’autre origine qu’un système planétaire lointain. Le même jour, la nouvelle est relayée par plusieurs médias français (comme ici, ici ou là) et étrangers (ici et là) qui font un parallèle avec la récente découverte d’Oumuamua, un autre corps céleste extrasolaire passé fugitivement près du Soleil fin 2017. Pourtant, cette...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Interview : Brian May, la musique et l’astro en stéréo

    Le guitariste du groupe Queen a trois passions : la musique, bien sûr, mais aussi l’astronomie et l’imagerie 3D. Brian May nous a raconté comment il jongle entre les trois.

  • Mu Cephei expulse de la matière par bouffées

    Pour la première fois, des astronomes ont réalisé une carte 3D des phénomènes de perte de masse d’une supergéante rouge. Des images exceptionnelles obtenues grâce au réseau d’antennes de l’observatoire NOEMA (Northern Extended Millimeter Array), implanté dans les Alpes françaises.

  • Sonde Bepi-Colombo : les défis d’un voyage vers Mercure

    Située à “seulement” 58 millions de kilomètres du Soleil, Mercure présente des difficultés particulières pour tout visiteur spatial. Didier Morançais (Airbus) détaille les défis techniques à relever pour amener la sonde Bepi-Colombo aux abords de la première planète.