Michel Mayor : “Nous ne cherchons pas une Terre, nous en cherchons plusieurs”

Michel Mayor à l’observatoire de La silla, en 2007. © E. Martin/C&E
Michel Mayor et Didier Queloz reçoivent le prix Nobel de physique 2019 pour leur découverte en 1995 de la première planète autour d’un autre soleil. En 2015, Michel Mayor revenait sur cette découverte historique pour l’astronomie, et ses attentes pour les découvertes futures. Une interview à « Ciel & Espace » où l’on parlait aussi du Nobel...
En 1995, les Suisses Michel Mayor et Didier Queloz repèrent une planète autour d’une étoile semblable à notre Soleil, située dans la constellation de Pégase. Une première permise grâce à leur nouveau spectrographe installé à l’observatoire de Haute-Provence (OHP). L’astre, une planète géante tournant tout près de son étoile, constitue un véritable choc conceptuel. Tous les systèmes planétaires ne ressemblent pas forcément au nôtre, loin de là…

En novembre 2015, nous fêterons le 20e anniversaire de votre article annonçant la détection de la planète 51 Pegasi b. Racontez-nous les circonstances exactes de cette découverte.

Michel Mayor : Elle s’est faite en deux temps. Les premiers indices de la présence d’une planète autour de l’étoile 51 de
...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Alexei Leonov, premier piéton de l’espace, est mort

    Le 18 mars 1965, vêtu de son scaphandre, il avait été le premier humain à sortir de son vaisseau spatial pour flotter librement dans l’espace. Le Russe Alexei Leonov, qui avait aussi participé à la mission Apollo-Soyouz en 1975, est mort à l’âge de 85 ans.

  • Matière noire : donnez votre corps à la science !

    Vous n’avez pas encore été transpercé par une particule de matière noire macroscopique ? Si elle existe, c’est donc qu’elle fait plus de 50 kg ! Tel est le résultat d’une étude très sérieuse qui considère le corps humain comme… un détecteur de matière noire.

  • La sonde Juno sauve sa mission grâce à une manœuvre inédite

    Pour éviter l’ombre de Jupiter, Juno a dû allumer ses moteurs pendant plus de 10 heures afin de changer de trajectoire. Une manœuvre risquée mais réussie qui prolonge la mission autour de la planète géante.