Lumières sur les collisions d’étoiles

V838 de la Licorne : le flash créé par la collision de deux étoiles a éclairé les nébulosités alentour. © Nasa/ESA/Aura/STScI
Une poignée de sursauts lumineux, observés dans la Galaxie et au-delà, intrigue les astrophysiciens. Car ils ne correspondent à aucun phénomène connu. Un trio de chercheurs propose pourtant un mode d’explication assez simple : ce sont les manifestations de collisions entre corps célestes.
Un trou noir peut-il se former sans qu’une étoile explose en supernova ? Une supernova peut-elle exploser plusieurs fois ? Telles sont les deux étranges questions auxquelles les astronomes ont été soumis ces derniers mois. D’abord parce qu’ils ont observé dans la galaxie NGC 6946 une supernova qui, aussitôt apparue, s’est brusquement éteinte, contrairement à ce qu’on aurait pu attendre (lire “A-t-on vu naître un trou noir ?” Ciel & Espace n° 551, p. 32). Ensuite, parce qu’ils ont découvert qu’un même astre, situé dans une galaxie anonyme distante de 500 millions d’années-lumière, avait déjà connu un énorme sursaut lumineux en 1954 avant d’en connaître un autre, plus fort et plus bizarre, en 2014.

Une supernova étouffée dans l’œuf.
...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Fin de parcours pour les fusées russes Proton

    La Russie va mettre fin à la production de ses lanceurs Proton, conçus dans les années 1960 et qui avaient notamment servi à satelliser les stations Saliout ainsi que les modules de la station Mir ou encore de l’ISS.

  • Découverte d’eau sur l’exoplanète K2-18b… mais pas d'eau liquide

    Pour la première fois, des chercheurs ont détecté de l’eau dans l’atmosphère d’une exoplanète située dans la zone habitable de son étoile. Mais attention, cette eau n’est probablement pas liquide. Et la planète en question, K2-18b, est loin d’être une jumelle de la Terre.

  • Les astronomes traquent la première comète interstellaire

    Alerte ! La première comète venue d’un autre système planétaire pourrait bien avoir été découverte. Dans l’attente de nouvelles nuits d’observation pour en préciser la trajectoire et confirmer qu’elle provient de l’extérieur du Système solaire, l’engouement pour l’objet baptisé provisoirement C/2019 Q4 est total.