Lumières sur les collisions d’étoiles

V838 de la Licorne : le flash créé par la collision de deux étoiles a éclairé les nébulosités alentour. © Nasa/ESA/Aura/STScI
Une poignée de sursauts lumineux, observés dans la Galaxie et au-delà, intrigue les astrophysiciens. Car ils ne correspondent à aucun phénomène connu. Un trio de chercheurs propose pourtant un mode d’explication assez simple : ce sont les manifestations de collisions entre corps célestes.
Un trou noir peut-il se former sans qu’une étoile explose en supernova ? Une supernova peut-elle exploser plusieurs fois ? Telles sont les deux étranges questions auxquelles les astronomes ont été soumis ces derniers mois. D’abord parce qu’ils ont observé dans la galaxie NGC 6946 une supernova qui, aussitôt apparue, s’est brusquement éteinte, contrairement à ce qu’on aurait pu attendre (lire “A-t-on vu naître un trou noir ?” Ciel & Espace n° 551, p. 32). Ensuite, parce qu’ils ont découvert qu’un même astre, situé dans une galaxie anonyme distante de 500 millions d’années-lumière, avait déjà connu un énorme sursaut lumineux en 1954 avant d’en connaître un autre, plus fort et plus bizarre, en 2014.

Une supernova étouffée dans l’œuf.
...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Xavier Pasco : « La Nasa ne sait plus pourquoi elle est là »

    À l’heure où la Maison-Blanche vient de publier sa proposition de budget 2019 pour la Nasa, l’agence spatiale américaine subit une crise plus profonde, existentielle. C’est l’analyse de Xavier Pasco, spécialiste des questions spatiales à la Fondation pour la recherche stratégique.

  • La galaxie d’Andromède est née d’une collision

    La galaxie M31, voisine de notre Voie lactée, serait beaucoup plus jeune que prévu. Et elle résulterait de la fusion de deux galaxies. C’est la découverte réalisée par une équipe franco-chinoise de l’observatoire de Paris.

  • Comment les trous noirs dirigent la vie des galaxies

    Le taux de formation stellaire d’une galaxie dépend de la taille de son trou noir central, d’après une étude parue dans la revue “Nature” en janvier 2018. Chez les grandes galaxies, plus le trou noir est massif, plus la création d’étoiles est efficace, mais brève…