Les Mayas étaient-ils des crétins ?

Les Mayas étaient connaisseurs d'astronomie mais... Crédit : Stéphane Guisard UNAM/INAH
La question se pose après la « découverte » par un Québécois de 15 ans de leur étrange conception de l'aménagement du territoire, confié aux étoiles...

Selon un article du « Journal de Montréal », dont les informations ont depuis fait le tour du monde, le jeune William Gadoury aurait en effet mis au jour un plan caché dans la distribution des cités mayas : plutôt que de s'appuyer sur la localisation des ressources, des voies d'accès ou du relief — essentiels tant au développement d'une métropole que de sa défense —, les Mayas auraient fondé leurs villes de manière à ce qu'elles reproduisent, au sol, le tracé des constellations !

Un souci de l'astronomie qui va bien au-delà de tout ce que l'on croyait savoir sur les Mayas, et qui aurait même permis à l'adolescent — cerise sur le gâteau — de découvrir sur des images satellites les indices d'une nouvelle cité sous la dense forêt équatoriale.

Il resterait à monter une expédition pour la révéler totalement, car elle aurait échappé aux archéologues qui sillonnent la péninsule du Yucatán depuis des décennies.

Consternation et franche rigolade

Fadaises ? Au laboratoire Archéologie des Amériques (CNRS-Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), on hésite en tout cas entre franche rigolade et consternation.

« Les médias qui reprennent cette histoire se couvrent de ridicule. Cette planification de l'emplacement des cités en fonction des constellations est une aberration. Les constellations sont des constructions culturelles. Les nôtres viennent des Grecs et nous n'avons pas de vision claire de ce qu'étaient les constellations mayas ! Par ailleurs, les villes mayas n'ont pas toutes été fondées de concert. Elles n'ont même pas été occupées en même temps », s'étrangle l'archéologue Marie-Charlotte Arnauld, directrice de recherche émérite au CNRS.

Croire qu'elles ont été disposées selon une carte des étoiles reviendrait à nier 3000 ans d'histoire, ponctués de guerres, d'abandons, de fondations nouvelles et des stratégies politiques et économiques. Autant de contingences qui, dans l'évolution d'une civilisation, pèsent bien plus que le souci de l'astronomie...

« La meilleure façon de rechercher des sites mayas est d'étudier les sols — chercher les zones fertiles — et la topographie. Il faut se souvenir que les Mayas constituaient une civilisation agricole, préindustrielle », souligne pour sa part Anabel Ford (université de Californie à Santa Barbara).

La "découverte" d'une nouvelle cité Maya s'appuie sur cet astérisme. © Académie Antoine-Manseau

Fermiers émérites et fins connaisseurs de leur forêt, les Mayas furent d'abord des cultivateurs mobiles (il y a 8000 à 4000 ans), avant de se sédentariser en utilisant la technique agricole de la milpa (variante maya de la technique des trois soeurs) puis, là où les fermiers étaient les plus concentrés, en fondant des centres urbains.

Bref, « si les considérations astronomiques ont certainement joué un rôle dans l'édification de certains édifices mayas (pas tous !), elles n'ont eu aucune influence sur les sites de fondation des villes elles-mêmes », insiste Charlotte Arnauld - pour qui le nouveau site potentiellement « découvert », qui ressemblerait à un village avec une pyramide de 87 m de haut, présente des caractères aberrants.

Papier calque et rapporteur

Magnanime, Anabel Ford estime que « l'intérêt de toute cette histoire, c'est la façon dont le jeune Gadoury a mené sa recherche ». Il est parti d'une hypothèse — peu crédible, certes, et surtout démentie par les connaissances archéologiques — et a cherché à la valider.

Mais aligner des points à l'aide d'images satellites, de papier calque et d'un rapporteur ne suffit pas. Surtout lorsqu'on prétend que la méthode fonctionne aussi pour expliquer l'emplacement de cités aztèques, incas, et même harappas en Inde !

Saluons donc l'enthousiasme et la ténacité du jeune homme (trois ans de travail), souhaitons-lui de belles années d'étude... et regrettons l'emballement médiatique.

Quant aux Mayas, non, ce n'étaient pas des crétins.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Matériel d'observation : l'indispensable guide d'achat

    Nous venons de publier une nouvelle édition numérique du numéro spécial matériel #2 regroupant nos tests de lunettes, de montures, d’oculaires et de jumelles. En tout, vous retrouverez 90 tests de matériel à travers les deux numéro spéciaux, le 1er est consacré aux télescopes. Ils sont accessibles sur notre site web ou dans notre application « Ciel et Espace, Le + »

  • Un nouveau scénario pour l’origine des anneaux de Saturne

    Depuis que la composition et la masse des anneaux de Saturne sont mieux connues, grâce notamment à la sonde Cassini, les astronomes multiplient les modèles pour décrire leur formation. Mais aussi leur âge. Un chercheur de l’université de Toronto s’y colle cette fois avec, au départ de tout, une collision entre un satellite de Saturne et une comète.

  • L’insoutenable gravité de l’Univers, expliquée par Gabriel Chardin

    La gravitation reste une énigme. Elle résiste toujours à la physique quantique, qui décrit l’infiniment petit… Et si l’antimatière était la clé du mystère, comme le propose le théoricien Gabriel Chardin ?