Les Cévennes, deuxième réserve de ciel étoilé en France

Le parc national des Cévennes vient d’officialiser le 13 août 2018 la création d’une réserve de ciel étoilé. C’est la treizième au niveau mondial, et la deuxième en France après la création de celle du Pic du Midi en 2013.

En matière de protection du ciel nocturne, il existe une référence au niveau mondial : l’International Dark-Sky Association (IDA). Et quand cet organisme délivre son label de Réserve internationale de ciel étoilé (RICE) cela signifie quelque chose : il apporte la reconnaissance de la qualité du ciel sur une zone géographique donnée. Ce 13 août, en obtenant le précieux agrément, le Parc National des Cévennes vient donc d’entrer dans le cercle très restreint des entités régionales qui, sur l’ensemble de la planète, luttent contre la prolifération des éclairages nocturnes nuisibles non seulement à l’astronomie mais aux équilibres naturels. Le label RICE est contraignant dans la mesure où il implique un engagement de tous les acteurs locaux pour préserver la qualité de ce ciel. Le processus d’adhésion est long et complexe, de même que la validation par l’IDA.

La RICE des Cévennes est la plus grande d’Europe, et l’une des quatre plus grandes au monde avec un cœur de réserve de 938 km² épousant les contours du cœur du parc national. Elle est complétée tout autour d’une zone tampon de 3560 km². Cette zone tampon correspond à des espaces urbanisés en partie, mais dans lesquels des efforts spécifiques seront faits pour contenir, voire réduire la pollution lumineuse. L’espace couvert est délimité au nord par Mende (situé juste en dehors de la RICE), au sud par Le Vigan, à l’est par le bord de la commune d’Alès. La zone va doncdu mont Lozère jusqu’au massif de l’Aigoual. Il faut souligner que cette zone est jouxtée à l’ouest par une vaste région sauvage au ciel très sombre avec les Grands Causses (Méjean, Sauveterre, Noir, Larzac, et Blandas). Notons d’ailleurs que ce vaste ensemble (Grands Causses plus Cévennes) est inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 2011.

Vers une amélioration de l’éclairage

Par rapport aux autres parcs naturels français, celui des Cévennes a une particularité : il est habité par endroits. La création de la RICE s’accompagne donc d’un plan de rénovation de l’éclairage public, avec l’objectif de changer d’ici deux ans 2400 points d’éclairage. Ce projet chiffré à 710 000€ est financé par des fonds européens. Certaines communes vont ainsi économiser plus de 90% d’énergie ! La couleur des éclairages installés sera inférieure à 2700°K, c’est-à-dire qu’il s’agit d’éclairages à la lumière jaune-orangée, qui perturbent moins la faune que les lampes blanches.

Depuis la création de la première RICE autour du mont Mégantic, au Québec, l’Europe s’impose comme la zone du monde la plus active dans la démarche de protection du ciel nocturne, 9 des 13 réserves existantes se trouvent en effet sur le vieux continent. La palme revient à la Grande-Bretagne avec déjà quatre réserves ! Deux autres sont situées en Allemagne, et une en Irlande.

Venez observer le ciel noir des Cévennes !

Pour célébrer la création de la RICE des Cévennes, l’officialisation de la réserve a lieu pendant les Nuits du Causses Noir à Lanuéjol (Gard). Cette manifestation ouverte aux astronomes amateurs du 12 au 15 août propose des ateliers, des observations et des conférences. Le 13 août est le point d’orgue de la manifestation avec une journée d’ouverture au public, notamment pour une observation le soir.

De nombreuses autres animations nocturnes ont lieu au mois d’août, pour en savoir plus rendez-vous sur le site du parc national des Cévennes.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • La jeune Jupiter a-t-elle été percutée par une grosse planète ?

    Un corps dix fois plus massif que la Terre serait entré en collision avec la géante du Système solaire quand elle était encore en train de se former. L’immense impact permettrait d’expliquer l’étrange structure interne de la planète, mesurée par la sonde Juno.

  • Les robots débarquent dans la station spatiale internationale

    Le prochain vaisseau Soyouz à décoller pour rejoindre la Station spatiale internationale (ISS) ne comptera aucun astronaute à bord, seulement le robot humanoïde russe Fedor. Plus tard cette année, il devrait être rejoint par Robonaut 2, de conception américaine, qui retrouvera l’espace après plusieurs mois au sol pour réparations.

  • Anneaux de Saturne : leur jeunesse supposée est-elle déjà caduque ?

    A-t-on conclu trop vite au jeune âge des anneaux de Saturne ? Depuis 2017, le lot de mesures livré par la sonde Cassini dans ses derniers instants donne du grain à moudre aux astronomes. Mûrement réfléchi, le modèle le plus robuste pourrait finalement être celui d’anneaux anciens. Enquête.