Le passage de Mercure filmé par les pros

Le transit de Mercure de 2016 vu par l'observatoire spatial SDO. ©Nasa/ESA
Le 9 mai 2016, la planète Mercure passait devant le Soleil, un phénomène rare suivi par les télescopes professionnels au sol et dans l'espace.

Observations depuis le sol

Durant près de 7 heures, la petit planète a défilé devant le disque du Soleil. Ce rendez-vous rare n'avait pas été visible en France depuis 2003 !

Depuis le sol, des vues impressionnantes ont été obtenues avec le télescope de Big Bear Observatory, aux États-Unis. Ce réflecteur de 1,6 m de diamètre est uniquement dédié à l'observation du Soleil. Il produit des images ultrafines de notre étoile.

Le passage filmé en haute résolution

Le télescope de Big Bear est installé au bord d'un lac car la masse d'eau limite l'échauffement du sol en pleine journée. Ce 9 mai, il a filmé le transit de Mercure devant la photosphère solaire.

Le transit de Mercure depuis l'espace

Mais c'est depuis l'orbite terrestre que les images les plus spectaculaires ont été réalisées par l'observatoire spatial de la NASA SDO.

Les équipes de la sonde ont monté une vidéo montrant tout le passage de Mercure en accéléré et à travers différentes longueurs d'onde. Selon la couleur observée par les instruments de SDO, différents détails et phénomènes apparaissent à la surface du Soleil (vidéo ci-dessous).

Le prochain passage de la planète Mercure devant notre étoile aura lieu en novembre 2019.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Jim Bridenstine devient (enfin) administrateur de la Nasa

    Le Sénat américain, par un vote serré intervenu le 19 avril 2018, a mis fin au plus long intérim à la tête de la Nasa. Jim Bridenstine, membre du Congrès pour le parti républicain, devient ainsi le treizième administrateur de l’agence spatiale américaine.

  • Matière noire : les physiciens passent à l’axion

    Lassés de plusieurs décennies de recherches vaines, certains physiciens délaissent les particules hypothétiques nommées « wimps » pour une autre forme possible de matière noire : les axions. Une expérience américaine vient d’atteindre la sensibilité requise pour les détecter.

  • TESS doit trouver des exoplanètes habitables autour d’étoiles proches

    Le télescope spatial TESS a rejoint l’espace le 19 avril 2018, depuis cap Canaveral à bord d’une fusée Falcon 9. Le nouveau chasseur d’exoplanètes de la Nasa poursuivra la mission de Kepler, bientôt hors-service, avec une approche différente.