La planète de Proxima b est-elle hostile à toute forme de vie ?

Vue d'artiste de l’étoile naine rouge Proxima du Centaure et de sa planète. © Nasa/ESA/STScI
C’est l’exoplanète la plus proche du Système solaire. Et elle se trouve dans la zone habitable de son étoile, Proxima du Centaure. Mais Proxima b subit régulièrement de violentes éruptions stellaires qui posent à nouveau la question de son hospitalité envers la vie.
Pendant une poignée de secondes, le 18 mars 2016, Proxima du Centaure, l’étoile la plus proche du Système solaire, située à 4,3 années-lumière, est devenue visible à l’œil nu. Sous le ciel particulièrement pur du Chili, cet astre d’ordinaire si peu brillant qu’il faut un télescope d’amateur pour en percevoir l’éclat, s’est hissé au rang des plus faibles étoiles discernables sans instrument d’optique. Si personne n’en a été témoin, l’Evryscope, un drôle d’instrument capable de photographier la totalité de la voûte céleste toutes les deux minutes, l’a enregistré. Installé à l’observatoire du Cerro Tololo, cette véritable machine à détecter les plus infimes clins d’œil des étoiles a ainsi observé une gigantesque éruption survenue à la...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Vidéo : Les origines de l’Univers explorées avec Hervé Dole

    Hervé Dole étudie la formation et l'évolution des grandes structures (galaxies et amas de galaxies). Il participe notamment aux missions de l’ESA Planck et Euclid. En novembre 2018, il a exposé les récentes avancées dans notre connaissance de l’Univers lors des Rencontres du ciel et de l’espace (RCE).

  • Admirez l’éclipse totale de Lune du 21 janvier !

    Il faudra être un lève-tôt, ce lundi 21 janvier 2019, pour apercevoir la Lune plonger dans l’ombre de la Terre ! Un spectacle assez rare, étonnant et beau, à contempler pendant plus d’une heure en direction de l’ouest !

  • Enquête sur Asgardia : la première nation de l’espace intrigue

    Le Russe Igor Ashurbeyli a fondé voilà deux ans Asgardia, qui revendique 280 000 citoyens à travers le monde. Ce premier royaume spatial, en réalité surtout numérique, se veut pacifiste et humaniste et souhaite être reconnu par les Nations unies. Mais peut-on faire confiance à un ex-fabriquant de missiles ?