La Nasa met en pause le déploiement du James Webb pour inspecter le télescope

Après avoir déployé avec succès les deux perches latérales qui tiennent son bouclier thermique, les équipes du télescope James Webb (JWST) ont repoussé de deux jours la dernière étape de son déploiement.

Le diamant spatial prend forme. Pendant que la France fêtait le passage à la nouvelle année 2022, le télescope spatial James Webb (JWST) est parvenu à étendre ses deux perches latérales. À celles-ci sont accrochées les fines couches en Kapton enrobé dans de l’aluminium, qui le protège de la chaleur émise par le Soleil, la Terre et la Lune.

Déploiement de la première perche le 31 décembre 2021. Animation : © Nasa
Déploiement de la première perche le 31 décembre 2021. Animation : © Nasa

Interrupteur inerte

Le 31 décembre 2021, le Space Telescope Science Institute (STScI) à Baltimore a d’abord procédé au déploiement de la perche de droite, lorsque l’on fait face au miroir du JWST. Mais avant cela, ils ont ordonné le retrait (en l’enroulant) de la couverture de protection du bouclier thermique. Malheureusement, les interrupteurs devant certifier la réalisation de cette action ont manqué de s’actionner. Les équipes de la Nasa ont contourné cette défaillance minime en consultant d’autres mesures à bord, issues notamment de thermomètres. Elles ont ainsi pu conclure que la couverture de protection s’était bien enroulée sur le côté.

Le soir de la Saint-Sylvestre, l’ouverture de la première perche s’est effectuée de 19h30 à 22h49 heure de Paris. Celle de la seconde a suivi passés les 12 coups de minuit, de 0h31 à 4h13. Le télescope Webb a pris alors sa forme iconique en losange de 24 m de long.

Déploiement de la seconde perche le 1er janvier 2022. Animation : © Nasa
Déploiement de la seconde perche le 1er janvier 2022. Animation : © Nasa

Une pause avant la mise sous tension

Néanmoins, le déploiement du bouclier thermique n’est pas terminé. Pour dissiper la chaleur, les cinq feuilles aluminées doivent être tendues afin que chaque couche ne touche pas ses voisines. C’est dans le vide entre chaque film que sera évacuée la chaleur. Si la mise sous tension devait avoir lieu dans la foulée du déploiement des perches latérales, la Nasa a cependant octroyé un jour de repos à ses équipes le 1er janvier 2022. Puis l’agence spatiale américaine a annoncé le 2 janvier qu’elle prenait un temps supplémentaire pour vérifier le bon fonctionnement des systèmes d’alimentation en énergie. La mise en route des moteurs qui tendront la voile en dépend.

Actuellement planifié le 3 janvier, le déploiement du bouclier thermique a deux jours de retard sur le calendrier initial. Mais ce dernier est flexible et permet ce genre d’adaptation, assure la Nasa. Pendant ce temps, son télescope à 10 milliards de dollars, lancé par une fusée Ariane 5 le 25 décembre 2021, a parcouru 60% du trajet vers son point de stationnement : une orbite autour du point de Lagrange L2 du système Terre-Soleil.

 

En kiosque actuellement ou sur notre boutique web

Ciel & espace 580, dossier spécial télescope Webb, et l'Almanach du ciel 2022

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • A observer : Callisto joue avec l’ombre de Jupiter le 30 septembre

    C’est une éclipse partielle d’un type extrêmement rare que les amateurs peuvent tenter de suivre le vendredi 30 septembre au matin : le satellite Callisto vient flirter avec l’ombre de Jupiter. Le phénomène est si rare que les logiciels en perdent leur latin ! Pour en avoir le cœur net, nous vous invitons à l’observer.

  • La sonde DART a percuté l’astéroïde Dimorphos

    Les images sont spectaculaires. Et elles ont été diffusées en direct : la sonde américaine DART s’est approchée de sa cible à 23000 km/h en prenant des photos de plus en plus rapprochées. Jusqu’à l’impact, provoqué pour mesurer la déviation qu’il est possible d’induire sur un astéroïde.

  • Philippe Baptiste, président du Cnes : « Il faut réguler les activités sur la Lune »

    S’accorder sur l’exploration de la Lune, collaborer avec d’autres agences spatiales que sont les États-Unis ou la Chine, mais aussi développer des programmes qui nous sont propres : le président du Cnes détaille la voie de l’agence spatiale française.