La Grande Tache rouge de Jupiter est-elle en train de disparaître ?

La Grande Tache rouge de Jupiter, en mai 2019. © Nasa/JPL-Caltech/SwRI/MSSS/Kevin M. Gill
Depuis quelques mois, la Grande Tache rouge montre des signes d’instabilité spectaculaires. À plusieurs reprises, les astronomes amateurs ont détecté de grandes quantités de gaz arrachées à l’immense anticyclone de Jupiter. De quoi questionner l’avenir de ce tourbillon de gaz géant, connu depuis le XVIIe siècle.
« J’espère vraiment que nous ne sommes pas en train d’assister au début de la fin de la Grande Tache rouge », s’inquiète l’astronome amateur sud-africain Clyde Foster sur une liste de discussion consacrée à Jupiter. Avec l’Australien Anthony Wesley, il fait partie des vigies les plus assidues dans la surveillance de l’atmosphère de la planète géante. La source de son inquiétude est une activité très atypique de la Grande Tache rouge (GTR) avec l’apparition de spectaculaires excroissances tourmentées. Elles sont visibles quelques jours, et évoluent rapidement avant de se fondre dans les nuages alentour. « Depuis dix-sept ans que j’observe Jupiter régulièrement, je n’ai jamais vu ça », souligne Anthony Wesley.

Jupiter, le 19 mai 2019. Une “virgule”
...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Alexei Leonov, premier piéton de l’espace, est mort

    Le 18 mars 1965, vêtu de son scaphandre, il avait été le premier humain à sortir de son vaisseau spatial pour flotter librement dans l’espace. Le Russe Alexei Leonov, qui avait aussi participé à la mission Apollo-Soyouz en 1975, est mort à l’âge de 85 ans.

  • Matière noire : donnez votre corps à la science !

    Vous n’avez pas encore été transpercé par une particule de matière noire macroscopique ? Si elle existe, c’est donc qu’elle fait plus de 50 kg ! Tel est le résultat d’une étude très sérieuse qui considère le corps humain comme… un détecteur de matière noire.

  • La sonde Juno sauve sa mission grâce à une manœuvre inédite

    Pour éviter l’ombre de Jupiter, Juno a dû allumer ses moteurs pendant plus de 10 heures afin de changer de trajectoire. Une manœuvre risquée mais réussie qui prolonge la mission autour de la planète géante.