L’observatoire du LSST porte le nom de Vera Rubin, pionnière de la matière noire

L’astronome américaine Vera Rubin en 1948. DR
L’observatoire géant en construction dans les Andes chiliennes, qui accueillera le LSST (Large Synoptic Survey Telescope), a été baptisé début janvier en hommage à l’astronome américaine Vera Rubin.

Le baptême a eu lieu le 6 janvier 2020 à Honolulu (Hawaï) lors de la conférence annuelle de la Société américaine d’astronomie. L’observatoire en cours de construction sur le Cerro Pachon, à plus de 10 000 km de là, porte désormais le nom d’ “observatoire Vera Rubin”. La National Science Foundation (NSF) met ainsi à l’honneur cette chercheuse américaine, grande figure de l’astronomie du XXe siècle.

De nombreuses découvertes sur les galaxies

C’est elle qui dans les années 1970 avait observé que les étoiles périphériques des galaxies tournent plus vite que ne le prédisait la théorie de l’époque. Des mesures qui suggéraient la présence d’une grande quantité de matière invisible dans ces galaxies : la matière noire. Plus tôt, pendant ses études, elle avait révélé que les galaxies, en plus de s’éloigner les unes des autres à cause de l’expansion de l’Univers, tournent autour d’un « grand attracteur ». C’est à Vera Rubin que l’on doit aussi l’idée que les galaxies s’organisent le long de filaments de matière. Éteinte le 26 décembre 2016 à l’âge de 88 ans, cette pionnière aura dû attendre longtemps avant que l’excellence de ses travaux ne soit admise par ses pairs, dans une discipline principalement masculine.

À son image, l’observatoire Vera Rubin a également de beaux jours scientifiques devant lui. Son télescope de 8,4 m de diamètre renverra la lumière captée vers une gigantesque caméra dotée de 3,2 milliards de pixels. En plus d’augmenter considérablement notre connaissance des astéroïdes, il a parmi ses objectifs la cartographie de 40 milliards de galaxies. Anciennement LSST (Large Synoptic Survey Telescope), il s’appelle désormais Simonyi Survey Telescope, en référence à Charles Simonyi. L’informaticien créateur du logiciel Word chez Microsoft est également connu pour deux séjours dans la station spatiale internationale, en tant que touriste, en 2007 et 2009. Avec Bill Gates, ils ont légué 30 millions de dollars pour la réalisation du miroir primaire du télescope.

L’observatoire Vera Rubin en construction au sommet du Cerro Pachon. © W. O’Mullane/LSST Project/NSF/AURA

Découvrez en ligne notre reportage sur le chantier du LSST ou dans Ciel & espace n°568, disponible dans notre boutique web.

 

 

Deux titres actuellement en kiosque, ou disponibles sur notre boutique web

le magazine Ciel & espace n°568, de décembre 2019-janvier 2020, avec son Calendrier astro 2020

et notre hors-série l’Almanach du ciel 2020

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • A observer : Callisto joue avec l’ombre de Jupiter le 30 septembre

    C’est une éclipse partielle d’un type extrêmement rare que les amateurs peuvent tenter de suivre le vendredi 30 septembre au matin : le satellite Callisto vient flirter avec l’ombre de Jupiter. Le phénomène est si rare que les logiciels en perdent leur latin ! Pour en avoir le cœur net, nous vous invitons à l’observer.

  • La sonde DART a percuté l’astéroïde Dimorphos

    Les images sont spectaculaires. Et elles ont été diffusées en direct : la sonde américaine DART s’est approchée de sa cible à 23000 km/h en prenant des photos de plus en plus rapprochées. Jusqu’à l’impact, provoqué pour mesurer la déviation qu’il est possible d’induire sur un astéroïde.

  • Philippe Baptiste, président du Cnes : « Il faut réguler les activités sur la Lune »

    S’accorder sur l’exploration de la Lune, collaborer avec d’autres agences spatiales que sont les États-Unis ou la Chine, mais aussi développer des programmes qui nous sont propres : le président du Cnes détaille la voie de l’agence spatiale française.