L’Europe sauve Exomars

La mission Exomars, sans participation américaine, devrait bien commencer en 2016. ©ESA

L'Agence spatiale européenne a dressé les grandes lignes d'un plan de sauvetage du programme d'exploration martienne Exomars, en coopération avec la Russie, après l'abandon de la Nasa.

Le coup était rude. Dès le mois d'octobre 2011, la Nasa avait annoncé que, contrairement à ses engagements, elle ne fournirait pas les fusées nécessaires aux lancements des missions Exomars en 2016 et 2018.

Et dans les premiers mois de 2012, l'agence spatiale américaine a stoppé net toute participation à cet ambitieux programme d'exploration martienne pour des raisons budgétaires. Elle ne fournira donc ni rover ni instruments scientifiques.

Négociations Europe-Russie dès l'automne 2011
Dès l'automne, l'ESA, par la voix de son directeur général, Jean-Jacques Dordain, annonçait qu'elle cherchait une solution pour sauver la mission. Des pourparlers avec l'agence russe Roskosmos étaient entrepris, notamment pour la fourniture de lanceurs Proton.

Ces négociations, déjà en bonne voie, se sont intensifiées avec l'abandon total de la Nasa.

Une solution européenne
Réunis à nouveau cette semaine à Paris, les membres de l'ESA sont tombés d'accord sur un plan qui permet à Franco Bonacina, porte-parole de l'ESA, de déclarer : « La mission Exomars continue, en coopération avec la Russie. »

En 2016, une fusée russe Proton devrait donc emporter la sonde européenne Trace Gaz Orbiter, ainsi qu'un démonstrateur d'atterrisseur. Ce module sera chargé de tester la phase d'entrée dans l'atmosphère martienne et la délicate manœuvre d'atterrissage. La Russie fournira en outre des expériences scientifiques sur les différents éléments lancées à cette date.

2018 : un robot européen roulera sur Mars
En 2018, une autre fusée Proton emportera vers Mars un vaisseau de croisière européen comportant un module d'atterrissage construit à 80% par la Russie. Ce module déposera sur le sol de la planète rouge un rover fabriqué par l'ESA.

Ce robot mobile déploiera ses expériences d'exobiologie (dont certaines russes), notamment une foreuse capable d'aller chercher des échantillons à 2 mètres de profondeur.

Décision officielle en novembre 2012
Le programme Exomars, qui était estimé à 850 millions d'euros pour l'ESA, devra néanmoins bénéficier d'une rallonge budgétaire pour se dérouler selon ce montage, sans la Nasa. L'enveloppe devrait ainsi s'élever à plus d'un milliard d'euros. Ce qui sous-entend de demander chaque pays membre de l'ESA de payer le surplus.

Ce redécoupage, acté par les agences spatiales, devra encore être validé par une décision politique, lors du prochain conseil interministériel des pays membres de l'ESA, en novembre 2012.

L'Europe, leader sur Mars ?
Par cette position, l'Europe entend sauver un programme dont la mise au point a été longue et difficile mais pour lequel les scientifiques ont beaucoup investi. En se décidant de se doter de toutes les techniques nécessaires aux atterrissages sur Mars sans avoir besoin de la Nasa, l'ESA se donne une occasion de prendre la première place dans l'exploration de Mars. Jean-Jacques Dordain, son directeur a d'ailleurs laissé « la porte ouverte à la Nasa » si elle souhaite revenir dans l'aventure en 2018.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Alexei Leonov, premier piéton de l’espace, est mort

    Le 18 mars 1965, vêtu de son scaphandre, il avait été le premier humain à sortir de son vaisseau spatial pour flotter librement dans l’espace. Le Russe Alexei Leonov, qui avait aussi participé à la mission Apollo-Soyouz en 1975, est mort à l’âge de 85 ans.

  • Matière noire : donnez votre corps à la science !

    Vous n’avez pas encore été transpercé par une particule de matière noire macroscopique ? Si elle existe, c’est donc qu’elle fait plus de 50 kg ! Tel est le résultat d’une étude très sérieuse qui considère le corps humain comme… un détecteur de matière noire.

  • La sonde Juno sauve sa mission grâce à une manœuvre inédite

    Pour éviter l’ombre de Jupiter, Juno a dû allumer ses moteurs pendant plus de 10 heures afin de changer de trajectoire. Une manœuvre risquée mais réussie qui prolonge la mission autour de la planète géante.