L'ESA lancera son détecteur d'ondes gravitationnelles en 2034

Sans surprise, l'Agence spatiale européenne a sélectionné le détecteur d'ondes gravitationnelles LISA comme troisième grande mission de son programme scientifique "Cosmic Vision". L'interféromètre laser devrait être lancé au milieu des années 2030.

Imaginé il y a près de 25 ans, LISA (Laser Interferometer Space Antenna) sera composé de trois satelites séparés de 2,5 millions de kilomètres et volant en formation en suivant la Terre sur son orbite. Grâce à deux faisceaux lasers, les positions relatives des satellites pourront être mesurées à quelques millionièmes de millionièmes de mètre près. Une précision indispensable pour espérer détecter les infimes variations de la trame de l'espace induites par le passage d'une onde gravitationnelle.

Après la toute première détection d'une onde gravitationnelle par la collaboration LIGO-Virgo en 2015, et parallèlement le succès du démonstrateur de vol en formation LISA Pathfinder, la décision d'engager un véritable détecteur spatial d'ondes gravitationnelles était dévenue une évidence.

Lisa pourra détecter des types d'ondes gravitationnelles inaccessibles depuis la Terre. Celles, à basse fréquence, produites par la fusion de trous noirs supermassifs, par les couples d'étoiles, ou par les séismes sur les étoiles à neutrons.

 

 

 

Recevez Ciel & Espace pour moins de 5€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Réécoutez l'interview de Thomas Pesquet sur Ciel & Espace Radio

    Un mois et deux jours après son retour de la station spatiale internationale, l'astronaute a répondu à nos questions. Qu'est-ce que ces six mois en orbite ont changé pour lui ? Comment envisage-t-il sa célébrité nouvelle et... serait-il prêt à repartir ? 25 minutes d'entretien exclusif.

  • Longue Marche 5 rate son deuxième vol

    Le 2 juillet, la fusée chinoise Longue Marche 5 a décollé de la base spatiale de Wenchang, dans le sud du pays, mais n’a pas réussi à atteindre l’orbite.

  • 80e lancement consécutif réussi pour Ariane 5

    Lancée depuis le port spatial européen de Kourou, la fusée a placé sur orbite deux satellites de télécommunication, d'une masse totale d'environ 10 tonnes.