L’astronaute français Jean-Jacques Favier est mort

Jean-Jacques Favier en 1996 à l'approche de son vol dans l'espace © NASA
Sixième Français à s’être rendu dans l’espace, l’astronaute Jean-Jacques Favier s’est éteint le 19 mars 2023, à l’âge de 73 ans. En 1996, il avait volé à bord de la navette spatiale Columbia.

Parmi les dix astronautes français à avoir gagné l’espace, il est le premier à nous quitter. Le 19 mars 2023, Jean-Jacques Favier est décédé à l’âge de 73 ans. Ses funérailles ont eu lieu ce vendredi 24 mars 2023 dans la Drôme.

Né à la frontière allemande en 1949, Jean-Jacques Favier débute ses études scientifiques en classes prépa au lycée Kléber de Strasbourg. Son cursus le conduira à décrocher un double doctorat d’ingénieur (décerné par l’École des mines de Paris) et de physicien spécialisé en métallurgie (par l’université de Grenoble). Un temps chercheur au CEA (Commissariat à l’énergie atomique), il est sélectionné comme astronaute par le CNES en 1985. D’abord choisi pour voyager à bord d’un vaisseau russe Soyouz, Jean-Jacques Favier se révèle trop grand pour entrer dans la capsule ! « Je suis un des plus grands astronautes de tous les temps », s’amusait-il à dire en interview.

Jean-Jacques Favier le 3 octobre 2019 aux Journées internationales de médecine aéronautique et spatiale. © CNES/E. Grimault

Premier scientifique français

Il lui faudra finalement patienter onze ans pour franchir les portes de l’espace, sur invitation de la Nasa à bord d’une de ses navettes spatiales. Le 20 juin 1996, il s’envole avec Columbia pour la mission STS-78 en compagnie de cinq astronautes américains et un canadien. Pour ce séjour spatial de 16 jours 21 heures et 48 minutes, Jean-Jacques Favier occupe le rôle de « spécialiste de charge utile », bénéficiant de l’état d’apesanteur pour mener des expériences en physique des matériaux. Il devient ainsi le premier Français scientifique de formation (et non pilote) à atteindre l’espace. Le sixième en tout, après Jean-François Clervoy et avant Claudie Haigneré. Ce vol est le seul qu’il effectuera dans l’espace.

Jean-Jacques Favier à bord de la navette Columbia en 1996. © Nasa

Dédicace prémonitoire

Dans les dernières années de sa vie, Jean-Jacques Favier a cofondé Blue Planet, un projet d’imagerie de la planète Terre depuis l’espace, occupé un poste de professeur à l’International Space University (ISU) de Strasbourg, ainsi qu’aux Mines d’Albi, pour clore une carrière qui fut spatiale d’un bout à l’autre.

Pour ses 12 ans le 13 avril 1961, au lendemain du vol pionnier de Gagarine dans l’espace, Jean-Jacques Favier racontait à Cosmopif en 2007 avoir reçu de ses parents Le tour du monde en 80 jours de Jules Verne. « Tu feras partie de la génération qui le fera en 80 minutes », lui avait-on écrit entre les pages. Son destin était tout tracé.

 

Disponible sur notre boutique web et en kiosque (où le trouver ?)

Le Ciel & espace n°588, avril-mai 2023 avec un dossier consacré aux premières découvertes du JWST

 

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Avec Desi, une nouvelle fissure ouverte en cosmologie ?

    La première année d’observation du relevé céleste Desi suggère que l’énergie noire, qui accélère l’expansion de l’univers, pourrait avoir varié dans le temps. Un résultat qui défie notre compréhension de l’évolution cosmique et qui suscite tour à tour prudence, enthousiasme et curiosité chez les spécialistes.

  • Kamo’oalewa, l’astéroïde cible de la sonde Tianwen 2, est bien un morceau de Lune

    Le petit corps céleste qui gravite sur une orbite très voisine de celle de la Terre semble avoir la Lune pour origine. Outre sa composition, des simulations de trajectoire militent en ce sens. Un cratère est même suspecté : Giordano Bruno.

  • Expansion de l’Univers : la tension s’accroit sur la constante de Hubble

    L’Univers est en expansion. Soit. Mais à quelle vitesse ? Selon la méthode utilisée, ce taux d’expansion, ou constante de Hubble, varie. Et les mesures les plus récentes viennent encore confirmer cette tension. Au point que des cosmologistes mettent en cause les modèles théoriques les mieux établis.