Interview d’Aurélien Barrau : « Même pour un cosmologiste habitué à l’infini, notre Terre est unique »

L’astrophysicien Aurélien Barrau. © J.-L. Dauvergne/C&E
Le chercheur Aurélien Barrau porte son double regard d’astrophysicien et de militant écologiste sur le vaisseau Terre : un monde fragile à préserver, car c’est le seul dont nous disposons.
Les trous noirs, l’espace-temps, la relativité générale… C’est sur ces questions que nous avions surtout l’habitude d’entendre Aurélien Barrau. Mais récemment, ce chercheur du Laboratoire de physique subatomique et de cosmologie de Grenoble a fait de l’écologie et de la décroissance son cheval de bataille. Il est à l’initiative du « Plus grand défi de l’histoire de l’humanité », l’appel de 200 personnalités pour sauver la planète, publié sous forme de tribune dans le quotidien Le Monde du 3 septembre 2018. 

Ciel & espace : Comment est-ce qu’on passe de l’astrophysique au combat contre le réchauffement climatique ?

Aurélien Barrau : Je veux souligner que je ne m’engage pas en écologie qu’en tant qu’astrophysicien ; c’est important
...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • La jeune Jupiter a-t-elle été percutée par une grosse planète ?

    Un corps dix fois plus massif que la Terre serait entré en collision avec la géante du Système solaire quand elle était encore en train de se former. L’immense impact permettrait d’expliquer l’étrange structure interne de la planète, mesurée par la sonde Juno.

  • Les robots débarquent dans la station spatiale internationale

    Le prochain vaisseau Soyouz à décoller pour rejoindre la Station spatiale internationale (ISS) ne comptera aucun astronaute à bord, seulement le robot humanoïde russe Fedor. Plus tard cette année, il devrait être rejoint par Robonaut 2, de conception américaine, qui retrouvera l’espace après plusieurs mois au sol pour réparations.

  • Anneaux de Saturne : leur jeunesse supposée est-elle déjà caduque ?

    A-t-on conclu trop vite au jeune âge des anneaux de Saturne ? Depuis 2017, le lot de mesures livré par la sonde Cassini dans ses derniers instants donne du grain à moudre aux astronomes. Mûrement réfléchi, le modèle le plus robuste pourrait finalement être celui d’anneaux anciens. Enquête.