Enquête sur Asgardia : la première nation de l’espace intrigue

Asgardia a un roi : Igor Ashurbeyli (au centre). © Asgardia Space Kingdom
Le Russe Igor Ashurbeyli a fondé voilà deux ans Asgardia, qui revendique 280 000 citoyens à travers le monde. Ce premier royaume spatial, en réalité surtout numérique, se veut pacifiste et humaniste et souhaite être reconnu par les Nations unies. Mais peut-on faire confiance à un ex-fabriquant de missiles ?
« Est-ce un projet pionnier, futuriste ou de la folie ? Appelez cela comme vous le voulez, l’avenir dira ce qu’il en est. » Le 12 octobre 2016, sous les ors du Ritz, à Paris, un monsieur à l’épaisse moustache blanche et l’allure bonhomme vient d’annoncer la création d’Asgardia, « la toute première nation de l’espace ». Voilà proclamée la « prochaine aventure de l’humanité ». Le projet est, pour sûr, aventureux. Celui qui le porte, hasardeux. Igor Ashurbeyli, un oligarque russo-azerbaïdjanais de 55 ans fut, de 2000 à 2011, le PDG d’Almaz-Antey, une des plus grosses entreprises du complexe militaro-industriel russe. Il se targue d’être le concepteur du S-400, un missile sol-air longue portée qui fait la fierté de l’armée rouge. Et la holding Socium...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Fin de mission pour le rover Opportunity

    Sans nouvelle de son rover martien depuis le 10 juin 2018, la Nasa vient d’annoncer officiellement la fin de la mission d’Opportunity. Il aura fonctionné près de quinze ans.

  • Vidéo : les extraordinaires résultats de Cassini, avec Cécile Ferrari

    Arrivée en 2004 autour de Saturne, la sonde Cassini nous a offert un panorama sans égal sur la planète géante, ses célèbres anneaux et ses satellites. Décryptage avec la planétologue Cécile Ferrari.

  • Mars One en faillite ou en retard ?

    Le projet spatial qui envisage d’envoyer des humains coloniser la planète rouge est placé en liquidation judiciaire. Voilà qui devrait signer la fin de cette mission aussi médiatisée que controversée. Mais un mystérieux nouvel investisseur pourrait relancer l’aventure.