Enquête : Face à l’urgence climatique, comment les astronomes veulent réinventer leur pratique de la science

Tandis que la température du globe ne cesse de croître, de plus en plus de scientifiques cherchent à réduire leur empreinte carbone. Les astronomes ne font pas exception et s’interrogent : devant l’urgence climatique, peuvent-ils encore voyager si souvent en avion ou continuer à soutenir des projets énergivores ?
« Je ne veux plus contribuer au réchauffement climatique », « Prendre l’avion me mettait de plus en plus mal à l’aise », « Voler est un luxe dont je peux me passer », « J’ai décidé de refuser les invitations au bout du monde »… De plus en plus de scientifiques renâclent désormais à prendre l’avion comme ils l’ont longtemps fait : souvent, et pour des destinations lointaines, au gré des colloques et des déplacements de terrain. Maintenant que le constat est on en peut plus clair – l’augmentation de gaz carbonique (CO2) dans l’atmosphère a entraîné un réchauffement qui a fait des trois dernières décennies les plus chaudes depuis au moins 1850, et les quatre dernières années les plus chaudes jamais enregistrées – beaucoup de chercheurs vivent...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Fin de parcours pour les fusées russes Proton

    La Russie va mettre fin à la production de ses lanceurs Proton, conçus dans les années 1960 et qui avaient notamment servi à satelliser les stations Saliout ainsi que les modules de la station Mir ou encore de l’ISS.

  • Découverte d’eau sur l’exoplanète K2-18b… mais pas d'eau liquide

    Pour la première fois, des chercheurs ont détecté de l’eau dans l’atmosphère d’une exoplanète située dans la zone habitable de son étoile. Mais attention, cette eau n’est probablement pas liquide. Et la planète en question, K2-18b, est loin d’être une jumelle de la Terre.

  • Les astronomes traquent la première comète interstellaire

    Alerte ! La première comète venue d’un autre système planétaire pourrait bien avoir été découverte. Dans l’attente de nouvelles nuits d’observation pour en préciser la trajectoire et confirmer qu’elle provient de l’extérieur du Système solaire, l’engouement pour l’objet baptisé provisoirement C/2019 Q4 est total.