Elon Musk est-il en train de menacer le ciel étoilé ?

Avec le projet de déployer 12 000 satellites Starlink en orbite basse, la société d’Elon Musk Space X présente une nouvelle menace pour les observations astronomiques.
Le 23 mai 2019, la société Space X du milliardaire Elon Musk a mis sur orbite les premiers satellites Starlink. Plusieurs vidéos montrant cette constellation mobile visible à l’œil nu ont fait le buzz sur les réseaux sociaux. On y voit des dizaines de points se suivre à la queue leu leu. En tout, 60 satellites ont été déployés lors de ce premier lancement. C’est presque autant que la constellation Iridium dont les satellites connus pour leurs flashes puissants sont en train d’être désorbités. Le problème posé par Starlink, c’est qu’Elon Musk compte à court terme en lancer 1600, et à moyen terme 12 000 ! Son but est de mettre en place un réseau internet à haut débit mondial. Cette couverture internet globale est la nouvelle poule aux œufs d’or sur laquelle...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Fin de parcours pour les fusées russes Proton

    La Russie va mettre fin à la production de ses lanceurs Proton, conçus dans les années 1960 et qui avaient notamment servi à satelliser les stations Saliout ainsi que les modules de la station Mir ou encore de l’ISS.

  • Découverte d’eau sur l’exoplanète K2-18b… mais pas d'eau liquide

    Pour la première fois, des chercheurs ont détecté de l’eau dans l’atmosphère d’une exoplanète située dans la zone habitable de son étoile. Mais attention, cette eau n’est probablement pas liquide. Et la planète en question, K2-18b, est loin d’être une jumelle de la Terre.

  • Les astronomes traquent la première comète interstellaire

    Alerte ! La première comète venue d’un autre système planétaire pourrait bien avoir été découverte. Dans l’attente de nouvelles nuits d’observation pour en préciser la trajectoire et confirmer qu’elle provient de l’extérieur du Système solaire, l’engouement pour l’objet baptisé provisoirement C/2019 Q4 est total.