Controverses sur le cratère découvert au Groenland

Cratère découvert au Groenland (illustration)
L’annonce de la découverte au Groenland d’un cratère d’impact de 31 km daté de la préhistoire vient de déclencher une controverse scientifique. Non seulement sa jeunesse est remise en question, mais son origine même fait débat.
Elle était là, sous notre nez depuis des décennies et personne ne l’avait vue. Non loin de la côte nord-ouest du Groenland, l’énorme cuvette de 31 km de diamètre donnait même en partie sa forme au glacier Hiawatha, épais de près de 1 km. Il aura pourtant fallu plusieurs passages avec des avions contenant des radars capables d’observer sous la glace pour la révéler. Et pousser les auteurs de ces explorations à conclure que se cache là l’un des plus gros cratères d’impact récents de la surface de la planète.

Localisation de la zone de découverte. © Nasa/Jefferson Beck. Annoncée le 14 novembre 2018, la découverte est détaillée dans un article publié dans Science Advance. Photos et animations produites à partir des données récoltées sur le terrain...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Vidéo : Les origines de l’Univers explorées avec Hervé Dole

    Hervé Dole étudie la formation et l'évolution des grandes structures (galaxies et amas de galaxies). Il participe notamment aux missions de l’ESA Planck et Euclid. En novembre 2018, il a exposé les récentes avancées dans notre connaissance de l’Univers lors des Rencontres du ciel et de l’espace (RCE).

  • Admirez l’éclipse totale de Lune du 21 janvier !

    Il faudra être un lève-tôt, ce lundi 21 janvier 2019, pour apercevoir la Lune plonger dans l’ombre de la Terre ! Un spectacle assez rare, étonnant et beau, à contempler pendant plus d’une heure en direction de l’ouest !

  • Enquête sur Asgardia : la première nation de l’espace intrigue

    Le Russe Igor Ashurbeyli a fondé voilà deux ans Asgardia, qui revendique 280 000 citoyens à travers le monde. Ce premier royaume spatial, en réalité surtout numérique, se veut pacifiste et humaniste et souhaite être reconnu par les Nations unies. Mais peut-on faire confiance à un ex-fabriquant de missiles ?