Controverses sur le cratère découvert au Groenland

Cratère découvert au Groenland (illustration)
L’annonce de la découverte au Groenland d’un cratère d’impact de 31 km daté de la préhistoire vient de déclencher une controverse scientifique. Non seulement sa jeunesse est remise en question, mais son origine même fait débat.
Elle était là, sous notre nez depuis des décennies et personne ne l’avait vue. Non loin de la côte nord-ouest du Groenland, l’énorme cuvette de 31 km de diamètre donnait même en partie sa forme au glacier Hiawatha, épais de près de 1 km. Il aura pourtant fallu plusieurs passages avec des avions contenant des radars capables d’observer sous la glace pour la révéler. Et pousser les auteurs de ces explorations à conclure que se cache là l’un des plus gros cratères d’impact récents de la surface de la planète.

Localisation de la zone de découverte. © Nasa/Jefferson Beck. Annoncée le 14 novembre 2018, la découverte est détaillée dans un article publié dans Science Advance. Photos et animations produites à partir des données récoltées sur le terrain...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Fin de parcours pour les fusées russes Proton

    La Russie va mettre fin à la production de ses lanceurs Proton, conçus dans les années 1960 et qui avaient notamment servi à satelliser les stations Saliout ainsi que les modules de la station Mir ou encore de l’ISS.

  • Découverte d’eau sur l’exoplanète K2-18b… mais pas d'eau liquide

    Pour la première fois, des chercheurs ont détecté de l’eau dans l’atmosphère d’une exoplanète située dans la zone habitable de son étoile. Mais attention, cette eau n’est probablement pas liquide. Et la planète en question, K2-18b, est loin d’être une jumelle de la Terre.

  • Les astronomes traquent la première comète interstellaire

    Alerte ! La première comète venue d’un autre système planétaire pourrait bien avoir été découverte. Dans l’attente de nouvelles nuits d’observation pour en préciser la trajectoire et confirmer qu’elle provient de l’extérieur du Système solaire, l’engouement pour l’objet baptisé provisoirement C/2019 Q4 est total.