Comment Hawking fit briller les trous noirs

Vue d’artiste d’un trou noir et de son horizon. © ESO
Au milieu des années 1970, Stephen Hawking découvre que les trous noirs brillent. La découverte est sensationnelle et offre une célébrité durable au jeune théoricien. Mais le prix à payer est lourd…
« Non seulement Dieu joue aux dés, mais il les envoie parfois là où personne ne peut les voir. » Lorsqu’il écrit ces lignes en conclusion de son premier grand article de vulgarisation, publié en janvier 1977 dans la revue Scientific American, sans doute Stephen Hawking ressent-il une légère ivresse. En une décennie, il est devenu l’un des héros de la physique théorique. Celui qui est parvenu à marier la mécanique quantique de Niels Bohr à la relativité générale d’Einstein, réputées inconciliables. Il est l’homme qui a fait briller les trous noirs. Certes, le mariage est arrangé et paraît un peu trop forcé pour pouvoir tenir bien longtemps. Mais enfin, qui d’autre que lui peut se permettre, à cinquante ans de distance, de donner la réplique à Einstein ?...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Fin de parcours pour les fusées russes Proton

    La Russie va mettre fin à la production de ses lanceurs Proton, conçus dans les années 1960 et qui avaient notamment servi à satelliser les stations Saliout ainsi que les modules de la station Mir ou encore de l’ISS.

  • Découverte d’eau sur l’exoplanète K2-18b… mais pas d'eau liquide

    Pour la première fois, des chercheurs ont détecté de l’eau dans l’atmosphère d’une exoplanète située dans la zone habitable de son étoile. Mais attention, cette eau n’est probablement pas liquide. Et la planète en question, K2-18b, est loin d’être une jumelle de la Terre.

  • Les astronomes traquent la première comète interstellaire

    Alerte ! La première comète venue d’un autre système planétaire pourrait bien avoir été découverte. Dans l’attente de nouvelles nuits d’observation pour en préciser la trajectoire et confirmer qu’elle provient de l’extérieur du Système solaire, l’engouement pour l’objet baptisé provisoirement C/2019 Q4 est total.