Collision de naines blanches dans M 82

La galaxie M 82 vue en rayons X. SN 2014J a explosé près du centre. Credit: NASA/CXC/SAO/R.Margutti et al

Contrairement à ce que pensaient les astronomes, la supernova observée en janvier 2014 dans la galaxie M 82 n'était pas due à un transfert de matière d'une étoile massive à une naine blanche.

C'est ce qu'il ressort d'observations menées grâce aux satellites Swift et Chandra, sensibles aux rayons X. Les deux observatoires spatiaux n'ont en effet détecté aucune émission de rayons X à l'emplacement de la supernova.

Or, quand une naine blanche explose après avoir absorbé trop de gaz à une étoile voisine, celle-ci se retrouve immergée dans un gros nuage de gaz en expansion qui émet de bonnes doses de rayons X.

Credit: NASA/CXC/SAO/R.Margutti et al Credit: NASA/CXC/SAO/R.Margutti et al

Ces deux images montrent la zone de la supernova SN 2014J, en rayons X avant (à gauche) et après (à droite) l'explosion. Aucun émission n'est visible dans cette longueur d'onde. Credit: NASA/CXC/SAO/R.Margutti et al

Une supernova de type Ia
Rien de tel, dans le cas de SN 2014J, la supernova repérée le 22 janvier 2014 à 12 millions d'années-lumière, dans la galaxie M 82. Dans une étude publiée dans Astrophysical Journal du 20 juillet 2014, une équipe d'astrophysiciens conclut que la supernova serait plutôt due à la collision et à la fusion de deux naines blanches, un phénomène avare en émissions de rayons X. Il s'agit toujours d'une supernova de type Ia mais le mécanisme physique qui l'a enclenchée est maintenant mieux connu.

Une référence pour l'Univers tout entier
Cette précision apportée sur l'origine de SN 2014J a son importance : les supernovae de type Ia servent aux astronomes de références pour la mesure des distances dans l'Univers. Ceci, parce qu'elles sont considérées depuis des décennies comme constantes en luminosité. Or, cette constance est à nuancer. De petites disparités ont été observées au cours de ces dernières années. Préciser la physique et la luminosité de ces explosions d'étoiles doit donc permettre aux cosmologistes de mesurer avec plus de précision les distances entre les galaxies et ainsi affiner les modèles d'expansion de l'Univers.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Le numéro 573 de Ciel & Espace est en kiosques : Les extraterrestres sont-ils verts ?

    S’ils existent, pourquoi les extraterrestres ne sont-ils toujours pas arrivés sur Terre ? Cette question posée voici plusieurs décennies par le prix Nobel de physique Enrico Fermi a suscité plus de 70 réponses possibles. La plus récente est pour le moins étonnante : c’est parce qu’ils seraient écolos…

  • De la vie découverte sur Vénus ? Pourquoi ce n’est pas si simple

    La découverte de phosphine dans l’atmosphère de Vénus, une molécule présentée comme une « biosignature », a fait bruisser la toile pendant plusieurs jours avant l’annonce officielle de ce 14 septembre 2020. Il y a pourtant peu de chances pour que cette détection ait un quelconque rapport avec la vie extraterrestre.

  • Les pluies de la jeune Mars quantifiées pour la première fois

    Il ne pleut plus sur la planète Mars aujourd’hui, mais il a plu voici plusieurs milliards d’années. En quelle quantité ? Sous quelle forme ? Pour la première fois, des chercheurs ont quantifié ces précipitations extraterrestres.