Charles Messier, premier observateur de l’astéroïde Pallas

L'astronome français Charles Messier a observé sans le savoir l'astéroïde Pallas (en rouge sur la carte) en 1779.

Le célèbre astronome français surnommé «le furet des comètes» a observé le troisième plus gros corps de la Ceinture d'astéroïdes le 6 avril 1779, 23 ans avant sa découverte.
Pallas n'a en effet été formellement identifié que le 28 mars 1802 par Friedrich Olbers, alors que ce dernier cherchait Cérès, le premier astéroïde découvert entre Mars et Jupiter.

Pallas pris pour une étoile

Tout comme Galilée, qui en 1610 avait vu la planète Neptune près de Jupiter en la prenant pour une étoile, Charles Messier a noté une étoile de magnitude 7 en trop sur ses cartes. Observé dans un petit télescope comme celui qu'utilisait Messier, les astéroïdes, même les plus gros, sont trop petits pour apparaître comme des disques. Ils ressemblent à des étoiles.

C'est en suivant la comète Bode en avril 1779, que Messier a, sans le savoir, repéré Pallas.

Une observation découverte par un amateur

L'observation de Pallas par Messier aurait pu passer longtemps inaperçue si René Bourtembourg, un amateur belge, n'avait entrepris une recherche méthodique un peu particulière : « Messier a dessiné une somptueuse carte du ciel montrant la trajectoire cette comète, explique-t-il. Il y a joint, le long de sa trajectoire, 138 étoiles dont il a mesuré lui-même la position. Partant de là, je me suis demandé si la comète avait pu passer à proximité d'un astéroïde brillant lors de sa traversée de l'écliptique dans la Vierge ». Pour cela, il a fait tourner un programme informatique permettant de retrouver précisément les positions des corps célestes sur des milliers d'années : « J'ai demandé à ce programme de calculer les rapprochements serrés entre la comète de Bode et les astéroïdes les plus brillants. Résultat : le 6 avril 1779 à 14:32, Pallas passait à 1,36 degré de la comète. En regardant sur la carte du ciel de Messier, Bingo ! Il y avait bien un objet inconnu à proximité de la comète pour cette date ! »


Une « étoile » de moins sur les cartes modernes


De fait, sur les cartes actuelles, à la position où Messier a noté un astre de magnitude 7 (plutôt brillant lorsqu'on observe au télescope), il n'y a rien. Cet astre n'était donc autre que Pallas.


Il aurait suffi que Messier observe avec attention le même champ le lendemain pour qu'il remarque le déplacement de cet astre et découvre le premier astéroïde, 22 ans avant Giuseppe Piazzi (découvreur de Cérès en 1801). Mais le « furet des comètes » n'avait d'yeux que pour la visiteuse identifiée par Bode et pour sa trajectoire...


Ci-dessous, une partie de la carte de Messier montrant le déplacement de la comète Bode. L'étoile que nous avons colorée en rouge n'est autre que l'astéroïde Pallas, à sa position du 5 avril 1779.

Carte montrant la trajectoire de la comète Bode en 1779, établie par Chartles Messier.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Admirez l’éclipse totale de Lune du 21 janvier !

    Il faudra être un lève-tôt, ce lundi 21 janvier 2019, pour apercevoir la Lune plonger dans l’ombre de la Terre ! Un spectacle assez rare, étonnant et beau, à contempler pendant plus d’une heure en direction de l’ouest !

  • Enquête sur Asgardia : la première nation de l’espace intrigue

    Le Russe Igor Ashurbeyli a fondé voilà deux ans Asgardia, qui revendique 280 000 citoyens à travers le monde. Ce premier royaume spatial, en réalité surtout numérique, se veut pacifiste et humaniste et souhaite être reconnu par les Nations unies. Mais peut-on faire confiance à un ex-fabriquant de missiles ?

  • Yutu 2 sur la Lune : bilan de sa première journée d’exploration

    Le Soleil vient de se coucher pour Chang’e 4. L’occasion pour l’agence spatiale chinoise de livrer quelques informations sur les premières explorations de son rover lunaire, et d’évoquer les missions futures.