Ce soir, l’agglomération de Lyon n’allumera pas toutes ses lumières

Carte des communes éteignant leur éclairage : le 21 mai (bleu foncé), quotidiennement (bleu), pas du tout (jaune). Crédit : M. Mauger-Vauglin
Dans la nuit du vendredi 21 mai au samedi 22 mai, plus de 30 communes de l’agglomération lyonnaise n’allumeront pas leur éclairage public. Une initiative pour sensibiliser aux méfaits de la pollution lumineuse.

Brignais, Saint-Genis-Laval, Vourles, Chaponost, Millery, Montagny, Vernaison et Charly. Ces huit communes au sud-ouest de Lyon ont décidé d’éteindre leur éclairage public le temps d’une nuit. Du vendredi 21 au samedi 22 mai 2021, elles formeront un vaste bloc sombre qui devrait ainsi régner dans le ciel du bassin lyonnais, quotidiennement victime de la pollution lumineuse. A l’est, les communes de Jonage et Meyzieu se joignent également à l’opération, quand une vingtaine d’autres, plus éloignées du centre de l’agglomération, ont déjà pour habitude de se passer de lumières chaque nuit, au moins pendant quelques heures. Lyon, elle, n'éteindra que quelques bâtiments, ceux déjà concernés par l'Earth Hour, une autre initiative survenue en mars 2021.

« La ville de Lyon s'est dit intéressée, mais ne participera pas pleinement cette année. Dommage, elle aurait certainement entrainé d'autres communes dans son sillage. Ce sera pour la prochaine édition ! » espère Isabelle Vauglin, chercheuse au Centre de recherche astrophysique de Lyon. Pari à demi-gagné pour l’astrophysicienne qui, depuis plusieurs mois, œuvre pour que les municipalités de sa région prennent part à une cette opération, intitulée « La nuit est belle ! » — voir le n°575 de Ciel & espace.

La nuit est belle ! 2e édition

Pour sa première édition en septembre 2019 dans le Grand Genève, les organisateurs de l’évènement avaient obtenu l’extinction des feux de la part de 152 communes, pour la moitié du côté français de la frontière. Le 21 mai 2021 pour sa deuxième édition, l’événement « La nuit est belle ! », toujours genevois, est ainsi parvenu à embarquer de nouvelles communes de l’Hexagone, quelques centaines de kilomètres en aval du bassin rhodanien. Ailleurs en France, d’autres municipalités apportent aussi leur soutien. C’est le cas de Montigny-le-Roi en Haute-Marne, terre natale de Camille Flammarion, où en plus d’éteindre l’éclairage, l’association Chasseurs d’éclipses doit animer des « peintures de lumière » et une « déambulation aux lampions ».

Près de Lyon, plusieurs activités pour le public sont aussi planifiées. Certaines mettent à l’honneur la biodiversité nocturne, thématique centrale de cette édition 2021 de « La nuit est belle ! ». Le programme, qui a dû s’adapter au maintien du couvre-feu à 21h, devra néanmoins composer avec des prévisions météorologiques orageuses. S’ils ne peuvent participer aux différentes manifestations (voir programmes ci-dessous), les habitants, comme les commerces de Lyon et de Genève, sont invités à éteindre leurs propres lumières. Pour tous ensemble, entre deux nuages, recréer un lien bien souvent perdu avec le ciel étoilé.

Carte interactive

Programmation de l’agglomération lyonnaise

Programmation du grand Genève

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • A observer : Callisto joue avec l’ombre de Jupiter le 30 septembre

    C’est une éclipse partielle d’un type extrêmement rare que les amateurs peuvent tenter de suivre le vendredi 30 septembre au matin : le satellite Callisto vient flirter avec l’ombre de Jupiter. Le phénomène est si rare que les logiciels en perdent leur latin ! Pour en avoir le cœur net, nous vous invitons à l’observer.

  • La sonde DART a percuté l’astéroïde Dimorphos

    Les images sont spectaculaires. Et elles ont été diffusées en direct : la sonde américaine DART s’est approchée de sa cible à 23000 km/h en prenant des photos de plus en plus rapprochées. Jusqu’à l’impact, provoqué pour mesurer la déviation qu’il est possible d’induire sur un astéroïde.

  • Philippe Baptiste, président du Cnes : « Il faut réguler les activités sur la Lune »

    S’accorder sur l’exploration de la Lune, collaborer avec d’autres agences spatiales que sont les États-Unis ou la Chine, mais aussi développer des programmes qui nous sont propres : le président du Cnes détaille la voie de l’agence spatiale française.