Ce que nous avons pensé de Gravity

Gravity, qu'en avez-vous pensé ? Crédit : 2013 Warner Bros. Pictures

Chef-d'oeuvre ou navet ? Depuis que nous avons eu a chance de voir le film d'Alfonso Cuarón, le débat fait rage parmi les journalistes de Ciel & Espace.

Si une majorité se dégage en faveur de ce film-évènement (que certains ont vu deux fois), il n'y a pas unanimité ! Gravity se hisse-t-il au niveau des films que nous n'oublierons jamais ? Est-il au contraire un film à grosses ficelles (hollywoodiennes) de plus ? Et surtout : vous, qu'en avez-vous pensé ?

L'histoire en deux lignes

En sortie extravéhiculaire à 400 km au-dessus de la Terre, le docteur Ryan Stone (Sandra Bullock) et l'astronaute Matt Kowalski (George Clooney) sont engagés dans une mission de maintenance du télescope spatial Hubble. Un nuage de débris provoqué par la destruction soudaine d'un satellite va transformer la navette spatiale en épave... et leur mission en cauchemar.

Le pour, le contre

« C'est ça, le scénario ? » Et oui, la trame narrative de Gravity tient en ces quelques lignes. Pour certains journalistes de la rédaction de Ciel & Espace, dont Philippe Henarejos, c'est bien mince. Trop mince. Pour d'autres (David Fossé et Emilie Martin), cette simplicité ne nuit pas au film. Bien au contraire, le film se recentre sur l'essentiel : l'humanité confrontée au vide, à l'adversité, à ses limites.

Les incohérences scientifiques et techniques, qui passeront inaperçus de la majeure partie des spectateurs de Gravity, peuvent aussi gêner un oeil averti. Dans le numéro de novembre de Ciel & Espace (en kiosque le 24 octobre), le cosmonaute Jean-Pierre Haigneré confie ainsi que « tous ces chocs que les héros subissent, la façon dont ils se rattrapent toujours in extremis - et d'une main... -, ça ne colle pas avec mon expérience. Il ne faut pas oublier qu'un homme dans un scaphandre a une masse de 250 kg. » Idem pour les positions des différents vaisseaux en orbite, irréalistes, et autres maints détails. Mais cela suffit-il à briser le charme ? Pour Jean-Luc Dauvergne, en partie au moins (il recommande toutefois le film). L'auteur de ces lignes, en revanche, ne le pense pas. Gravity reste fascinant !

Il y a en tout cas un point sur lequel tout le monde s'accorde : il faut saluer l'extraordinaire performance technique du réalisateur. Gravity immerge le spectateur dans le vide spatial comme aucun film avant lui ne l'a fait. C'est une expérience qui mérite bien un ticket de cinéma (en 3D).

Ce que vous avez pensé de Gravity

Il nous paraît intéressant que des journalistes issus de la même rédaction, ayant à peu près le même niveau de connaissance du domaine spatial, ayant rencontré des ingénieurs, des astronautes, des moonwalkers, aient finalement des avis contraires sur Gravity. D'autant que ce film semble faire l'unanimité ailleurs.

Alors vous, lecteur de Ciel & Espace, qu'avez-vous pensé du film ? Votre avis nous intéresse, venez en discuter avec nous sur notre page Facebook !

La critique de Gravity et une interview de Jean-Pierre Haigneré sont à lire dans le numéro de novembre de Ciel & Espace.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Une énorme tache sombre photographiée à la surface de Bételgeuse !

    Pour la première fois depuis sa chute de luminosité entamée à l’automne 2019, une équipe d’astronomes a zoomé sur la surface de Bételgeuse. Ils révèlent le portrait le plus récent de cette étoile supergéante rouge qui se meurt.

  • Vénus, Io et Triton dans la ligne de mire de la Nasa

    L’agence spatiale américaine a dévoilé ce 13 février les quatre finalistes de sa prochaine sélection de missions « Discovery » d’exploration du Système solaire. Avec deux propositions de sondes, Vénus a de bonnes chances d’être de nouveau visitée dans les années 2020.

  • La Maison Blanche dévoile son plan budgétaire pour le programme lunaire Artémis

    L’administration Trump a rendu publique sa proposition de budget pour 2021, dans lequel la Nasa voit ses moyens substantiellement augmentés. Pas moins de 35 milliards de dollars viennent soutenir le programme Artémis pour permettre à des astronautes américains de fouler le sol lunaire en 2024.