Cassini zoome dans les anneaux de Saturne

Gros plan sur les anneaux de Saturne. © Nasa/JPL-Caltech/SSI
La sonde Cassini livre une nouvelle série d'images étonnantes des anneaux de Saturne. Elle ne s'en était pas approchée autant depuis son arrivée dans les parages de la planète géante en 2004.

Depuis novembre 2016, la sonde spatiale Cassini est engagée sur une orbite elliptique inclinée de 60° par rapport aux anneaux de Saturne. Elle les traverse chaque semaine un peu au-delà de l'anneau F, offrant des vues exceptionnelles pouvant atteindre une résolution de quelques centaines de mètres par pixel.

À la mi-avril, cette série de boucles s'achèvera par un ultime survol du plus gros satellite de Saturne, Titan, avant de céder la place à l'ultime phase de la mission Cassini : une série de 22 boucles autour de la planète mais en deça du bord interne des anneaux, puis un plongeon final le 15 septembre 2017.

Une onde de densité

© Nasa/JPL-Caltech/SSI

Cette vue, réalisée le 18 décembre 2017, montre une partie de l'anneau A, qui tourne à environ 134 500 km de Saturne. Cassini était alors à 56 000 km de sa cible, offrant une résolution de 340 m par pixel sur la myriade de petit corps glacés qui forment les anneaux.

L'alternance de bandes sombres et claires, à gauche, trahit une onde de densité : les petits corps s'accumulent sur certaines orbites et sont absents de certaines autres. L'onde de densité photographiée ici a pour origine l'influence gravitationnelle conjuguée des satellites Janus et Épiméthée, qui partage la même orbite. Partout ailleurs, c'est le sillage du satellite Pan qui domine la scène.

Les hélices de l'anneau A

© Nasa/JPL-Caltech/SSI

L'image est constellée de parasites (produits par l'impact de particules chargées sur le détecteur), mais elle montre des détails de l'anneau A deux fois plus fins que ceux obtenus jusqu'ici. On y devine, en particulier, de nombreuses « hélices » (l'une est entourée). Ces structures sont de petites surdensités qui se forment autour de minuscules lunes nichées au sein des anneaux. Celles qui sont vues ici sont environ dix fois plus petites que celles étudiées jusqu'alors.

À gauche, l'alternance de bandes sombres et claires est une onde de densité créée par l'interaction de l'anneau avec le satellite Prométhée.

Des grumeaux dans l’anneau B

© Nasa/JPL-Caltech/SSI

Le bord externe de l'anneau B est visible sur la gauche de cette image. Très perturbée par l'influence gravitationnelle du satellite Mimas, cette région présente une physionomie grumeleuse, beaucoup moins nette que le reste de l'anneau. C'est dû en partie à la durée d'exposition de l'image, et en partie au mouvement propre de ces grumeaux, encore mal compris.

Cette vue a été prise le 18 décembre 2016, à 52 000 kilomètres de distance.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 5€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Océan de Mars : la preuve par le tsunami

    Un raz de marée gigantesque, provoqué par la chute d’un gros astéroïde dans une vaste étendue d’eau, a eu lieu sur la planète rouge voici 3 à 3,5 milliards d’années. Les astronomes en retrouvent la trace dans une région de transition entre les basses plaines de l’hémisphère Nord et les hauts plateaux de l’hémisphère Sud.

  • Science participative : cherchez la neuvième planète du Système solaire

    Une grosse planète se cacherait aux confins du système. Située à plusieurs dizaines de milliards de kilomètres, elle est extrêmement difficile à débusquer. Mais vous êtes invités à participer à la traque !

  • Comment la comète Chury a fondu

    Entre 2014 et 2016 la sonde européenne Rosetta a pris des milliers de photos de la comète Churyumov-Gerasimenko. Des clichés qui révèlent comment, sous l’effet de la chaleur du Soleil, la surface de l’astre glacé a changé.