Bételgeuse provoque une collision interstellaire

Bételgeuse, ses coquilles et gaz et un filament gazeux photographiés par le télescope spatial Herschel. Crédit : ESA/Herschel/PACS

Sous l'œil du télescope spatial européen Herschel, l'étoile principale de la constellation d'Orion apparaît entourée d'un bouclier gazeux.

Cette enveloppe ténue, invisible autrement que dans l'infrarouge lointain, a été émise par Bételgeuse voici plusieurs milliers d'années. Et à 30 km/s, d'ici 5000 ans, elle devrait entrer en collision avec un « mur » gazeux révélé par le télescope Herschel.

Collision annoncée
Initialement, les astronomes qui ont découvert cette image pensaient que le filament gazeux résultait d'une perte de masse de Bételgeuse antérieure aux émissions en forme de coquille.

Mais après une analyse plus minutieuse du cliché, ils penchent davantage pour une structure galactique liée au champ magnétique de la Voie lactée. Il est également possible qu'il s'agisse du bord d'un nuage interstellaire proche de Bételgeuse.

Le gaz perdu par l'étoile géante au cours de son existence va donc inévitablement percuter ce filament dans 5000 ans.

Bételgeuse en mouvement
L'étoile orangée de la constellation d'Orion, dont la luminosité réelle égale 100000 fois celle du Soleil, se déplace elle-même vers le filament. C'est pour cette raison que la coquille de gaz qui s'en échappe est moins épaisse dans cette direction. Les astronomes estiment que Bételgeuse percutera à son tour le « mur » gazeux dans 17500 ans.

Une prochaine supernova
Bételgeuse est ce que les astronomes appellent une supergéante rouge, c'est-à-dire une étoile massive arrivée en fin de vie. D'une masse égale à 15 fois celle du Soleil, elle a enflé au point qu'elle mesure plus de 800 millions de kilomètres de diamètre !

Sa surface a été observée et sa taille a été précisément mesurée par les astronomes qui assistent depuis quelques années à un léger rétrécissement.

Pendant son existence, son intense rayonnement lui fait perdre régulièrement de la masse sous la forme d'un vent de particules arrachées à son enveloppe d'hydrogène. Ce gaz, éjecté par épisodes, a été repéré autour de l'astre.

D'ici peu (quelques années à quelques milliers d'années), Bételgeuse explosera en supernova. Située à 425 années-lumière de la Terre, elle offrira alors un spectacle éblouissant en brillant pendant des semaines aussi fort que la Pleine Lune.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 5€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Il est possible de voir les aurores sur d’autres planètes

    Les aurores polaires sont l’un plus beaux spectacles que nous offre le ciel. Sur Terre, elles sont réservées à quelques régions privilégiées du globe, comme nous l’expliquons dans le dossier du Ciel & Espace n°556 (novembre 2017). Mais notre planète n’en possède pas l’exclusivité. Jupiter, Mars, Saturne s’illuminent sous l’effet des particules solaires. Et bientôt nos télescopes observeront les aurores même dans d’autres systèmes planétaires !

  • 150 images de l'espace aux enchères à Paris

    Le samedi 25 novembre 2017, l’une des plus importantes collections privées européennes de photographies de l’espace sera vendue par lots à la maison de ventes aux enchères FauveParis.

  • L’astéroïde venu d’ailleurs pose l’énigme de sa forme

    Le corps céleste 1l/2017 U1 Oumuamua, qui a fait irruption dans le Système solaire, a pu être suivi sans relâche par de puissants télescopes. Ces observations dévoilent une forme allongée, similaire à une baguette de pain, bien difficile à expliquer… Une colle pour les astronomes.