Anneaux de Saturne : sont-ils nés d’une ancienne lune ?

Vue d’artiste de Saturne. © J. Swanepoel
Selon des astronomes américains, un satellite aujourd’hui disparu est à l’origine de la formation des anneaux de la planète géante, ainsi que de l’inclinaison de son axe de rotation. Un scénario reposant sur la thèse d’anneaux jeunes, loin de faire l’unanimité.
C’est un débat aux multiples rebondissements. Cinq ans presque jour pour jour après que Cassini eut plongé dans les profondeurs de Saturne, Jack Wisdom et ses collègues ont utilisé ses ultimes données pour élaborer un nouveau mécanisme de formation des anneaux de la planète géante. Partisans de la thèse d’anneaux jeunes (une centaine de millions d’années, à comparer avec les 4,5 milliards d’années de Saturne), ils proposent qu’une ancienne lune en soit à l’origine. Chrysalis, c’est son nom, permettrait également d’expliquer l’importante inclinaison de l’axe de rotation de Saturne (26,7°), qui intrigue les planétologues. Cette forte inclinaison est d’ailleurs leur point de départ. Selon l’équipe américaine, elle serait due à un mécanisme particulier
C’est un débat aux multiples rebondissements. Cinq ans presque jour pour jour après que Cassini eut plongé dans les profondeurs de Saturne, Jack Wisdom et ses collègues ont utilisé ses ultimes données pour élaborer un nouveau mécanisme de formation des anneaux de la planète géante. Partisans de la thèse d’anneaux jeunes (une centaine de millions d’années, à comparer avec les 4,5 milliards d’années de Saturne), ils proposent qu’une ancienne lune en soit à l’origine. Chrysalis, c’est son nom, permettrait également d’expliquer l’importante inclinaison de l’axe de rotation de Saturne (26,7°), qui intrigue les planétologues.

Cette forte inclinaison est d’ailleurs leur point de départ. Selon l’équipe américaine, elle serait due à un mécanisme particulier
...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • A observer : Callisto joue avec l’ombre de Jupiter le 30 septembre

    C’est une éclipse partielle d’un type extrêmement rare que les amateurs peuvent tenter de suivre le vendredi 30 septembre au matin : le satellite Callisto vient flirter avec l’ombre de Jupiter. Le phénomène est si rare que les logiciels en perdent leur latin ! Pour en avoir le cœur net, nous vous invitons à l’observer.

  • La sonde DART a percuté l’astéroïde Dimorphos

    Les images sont spectaculaires. Et elles ont été diffusées en direct : la sonde américaine DART s’est approchée de sa cible à 23000 km/h en prenant des photos de plus en plus rapprochées. Jusqu’à l’impact, provoqué pour mesurer la déviation qu’il est possible d’induire sur un astéroïde.

  • Philippe Baptiste, président du Cnes : « Il faut réguler les activités sur la Lune »

    S’accorder sur l’exploration de la Lune, collaborer avec d’autres agences spatiales que sont les États-Unis ou la Chine, mais aussi développer des programmes qui nous sont propres : le président du Cnes détaille la voie de l’agence spatiale française.