André Brahic est mort

André Brahic en 2012. ©Guy Lebègue.
C'est avec une immense tristesse que nous venons d'apprendre le décès de l'astrophysicien français André Brahic le 15 mai 2016.

Malgré quelques apparitions dans les médias ces derniers mois, nous savions que le découvreur des anneaux de Neptune luttait courageusement contre la maladie. Elle aura finalement eu raison du bouillonnement d'énergie hors norme qui animait ce chercheur de 73 ans.

Tous ceux qui ont eu la chance d'assister à ses conférences gardent un grand souvenir de ce véritable show : un contenu scientifique à la pointe des dernières découvertes, ponctué d'innombrables traits d'esprit percutants, voire corrosifs.

Agir pour la science

Plus que quiconque, il était attaché à ériger le savoir en valeur supérieure et universelle pour lutter contre les maux de notre société. André Brahic s'était investi avec plus de vigueur encore ces dernières années à marteler ce discours, notamment à l'adresse de nos responsables politiques. En 2012, il a publié un véritable plaidoyer en ce sens : La science, une ambition pour la France édité par Odile Jacob.

Il n'aura finalement pas le temps de suivre la fin de mission de la sonde Cassini, programme d’exploration du monde de Saturne auquel il a participé. Il n'aura pas non plus l'occasion de vivre son plus grand rêve : voir une sonde se mettre en orbite autour de Neptune.

C'est une grande perte pour l'exploration spatiale du Système solaire, mais aussi une grande perte pour le public, auprès de qui il occupait une place à part. Les chercheurs aussi doués pour communiquer leur enthousiasme auprès du grand public sont rares. Il laisse derrière lui un grand vide et va manquer à toutes les générations de passionnés du ciel.

Il y a quelques années, ce vulgarisateur passionné racontait la naissance de sa vocation d'astronome au micro de Ciel & Espace.

Et (merci à Thomas Dufour de le signaler), l'émission La Tête au Carré, sur France Inter, a réalisé un hommage à André Brahic le lundi 16 mai 2016.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • A observer : Callisto joue avec l’ombre de Jupiter le 30 septembre

    C’est une éclipse partielle d’un type extrêmement rare que les amateurs peuvent tenter de suivre le vendredi 30 septembre au matin : le satellite Callisto vient flirter avec l’ombre de Jupiter. Le phénomène est si rare que les logiciels en perdent leur latin ! Pour en avoir le cœur net, nous vous invitons à l’observer.

  • La sonde DART a percuté l’astéroïde Dimorphos

    Les images sont spectaculaires. Et elles ont été diffusées en direct : la sonde américaine DART s’est approchée de sa cible à 23000 km/h en prenant des photos de plus en plus rapprochées. Jusqu’à l’impact, provoqué pour mesurer la déviation qu’il est possible d’induire sur un astéroïde.

  • Philippe Baptiste, président du Cnes : « Il faut réguler les activités sur la Lune »

    S’accorder sur l’exploration de la Lune, collaborer avec d’autres agences spatiales que sont les États-Unis ou la Chine, mais aussi développer des programmes qui nous sont propres : le président du Cnes détaille la voie de l’agence spatiale française.