ALMA observe la naissance turbulente d'une fratrie d'étoiles

Etonnante naissance d'une fratrie stellaire dans le Taureau. Crédit : K. Tokuda (Osaka Prefecture University)/ALMA /NASA/JPL-Caltech

Une équipe japonaise utilisant le plus grand interféromètre du monde, au Chili, a « photographié » l'environnement complexe d'une proto-étoile dans la constellation du Taureau.

La découverte d'une petite condensation gazeuse ultradense à seulement 200 unités astronomiques (UA) de la proto-étoile, indique qu'un nouvel astre est sur le point de naître dans ce cocon de gaz moléculaire baptisé MC 27, à 450 années-lumière de la Terre.

Chaînon manquant

Ces dernières années, les astronomes ont accumulé les observations montrant que deux tiers des proto-étoiles vivent en couple ou dans des systèmes multiples.

Ils savent par ailleurs que les enveloppes de gaz moléculaire dans lesquels naissent les étoiles possèdent des structures complexes, présentant des inhomogénéités aussi petites que 1000 UA.

Jusqu'ici, cependant, « il manquait un lien entre l'étape des enveloppes moléculaires complexes et les proto-étoiles déjà formées », expliquent le chercheur Kazuki Tokuda et ses collègues dans leur étude.

En révélant une petite condensation sur le point de former une étoile à seulement 200 UA d'une proto-étoile déjà connue, l'acuité d'Alma comble ce manque.

Vue d'artiste du coeur du nuage moléculaire MC 27. Avec, de haut en bas : condensation de gaz, courant de gaz issu de l'étoile, proto-étoile, condensation de gaz MMS-2, nuage de gaz étendu. Crédit : NAOJ

Vue d'artiste du cœur du nuage moléculaire MC 27. Avec, de haut en bas : condensation de gaz, courant de gaz issu de la proto-étoile, proto-étoile, condensation de gaz MMS-2, nuage de gaz étendu. © NAOJ.

Sillage stellaire

L'interféromètre de l'ESO a aussi observé le sillage courbé de la petite condensation dans le voisinage de la proto-étoile, sous la forme d'un nuage de gaz étendu sur plus de 1000 UA.

Il révèle probablement une interaction gravitationnelle de la condensation gazeuse avec l'étoile naissante, prémisse à la formation d'un véritable couple stellaire.

L'observation d'un petit courant de gaz issu de la proto-étoile elle-même indique enfin que celle-ci s'est allumée il y a peut-être 200 ans au plus, ce qui en fait un astre extraordinairement jeune.

Simulation numérique de la formation d'étoiles multiples. Le mouvement des condensations gazeuses crée des turbulences semblables à ce qui est obervé dans MC 27. Crédit : Tomoaki Matsumoto (Hosei University)

Simulation numérique de la formation d'étoiles multiples. Le mouvement des condensations gazeuses crée des turbulences semblables à ce qui est obervé dans MC 27. © Tomoaki Matsumoto (Hosei University).

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Une énorme tache sombre photographiée à la surface de Bételgeuse !

    Pour la première fois depuis sa chute de luminosité entamée à l’automne 2019, une équipe d’astronomes a zoomé sur la surface de Bételgeuse. Ils révèlent le portrait le plus récent de cette étoile supergéante rouge qui se meurt.

  • Vénus, Io et Triton dans la ligne de mire de la Nasa

    L’agence spatiale américaine a dévoilé ce 13 février les quatre finalistes de sa prochaine sélection de missions « Discovery » d’exploration du Système solaire. Avec deux propositions de sondes, Vénus a de bonnes chances d’être de nouveau visitée dans les années 2020.

  • La Maison Blanche dévoile son plan budgétaire pour le programme lunaire Artémis

    L’administration Trump a rendu publique sa proposition de budget pour 2021, dans lequel la Nasa voit ses moyens substantiellement augmentés. Pas moins de 35 milliards de dollars viennent soutenir le programme Artémis pour permettre à des astronautes américains de fouler le sol lunaire en 2024.