ALMA observe la naissance turbulente d'une fratrie d'étoiles

Etonnante naissance d'une fratrie stellaire dans le Taureau. Crédit : K. Tokuda (Osaka Prefecture University)/ALMA /NASA/JPL-Caltech

Une équipe japonaise utilisant le plus grand interféromètre du monde, au Chili, a « photographié » l'environnement complexe d'une proto-étoile dans la constellation du Taureau.

La découverte d'une petite condensation gazeuse ultradense à seulement 200 unités astronomiques (UA) de la proto-étoile, indique qu'un nouvel astre est sur le point de naître dans ce cocon de gaz moléculaire baptisé MC 27, à 450 années-lumière de la Terre.

Chaînon manquant

Ces dernières années, les astronomes ont accumulé les observations montrant que deux tiers des proto-étoiles vivent en couple ou dans des systèmes multiples.

Ils savent par ailleurs que les enveloppes de gaz moléculaire dans lesquels naissent les étoiles possèdent des structures complexes, présentant des inhomogénéités aussi petites que 1000 UA.

Jusqu'ici, cependant, « il manquait un lien entre l'étape des enveloppes moléculaires complexes et les proto-étoiles déjà formées », expliquent le chercheur Kazuki Tokuda et ses collègues dans leur étude.

En révélant une petite condensation sur le point de former une étoile à seulement 200 UA d'une proto-étoile déjà connue, l'acuité d'Alma comble ce manque.

Vue d'artiste du coeur du nuage moléculaire MC 27. Avec, de haut en bas : condensation de gaz, courant de gaz issu de l'étoile, proto-étoile, condensation de gaz MMS-2, nuage de gaz étendu. Crédit : NAOJ

Vue d'artiste du cœur du nuage moléculaire MC 27. Avec, de haut en bas : condensation de gaz, courant de gaz issu de la proto-étoile, proto-étoile, condensation de gaz MMS-2, nuage de gaz étendu. © NAOJ.

Sillage stellaire

L'interféromètre de l'ESO a aussi observé le sillage courbé de la petite condensation dans le voisinage de la proto-étoile, sous la forme d'un nuage de gaz étendu sur plus de 1000 UA.

Il révèle probablement une interaction gravitationnelle de la condensation gazeuse avec l'étoile naissante, prémisse à la formation d'un véritable couple stellaire.

L'observation d'un petit courant de gaz issu de la proto-étoile elle-même indique enfin que celle-ci s'est allumée il y a peut-être 200 ans au plus, ce qui en fait un astre extraordinairement jeune.

Simulation numérique de la formation d'étoiles multiples. Le mouvement des condensations gazeuses crée des turbulences semblables à ce qui est obervé dans MC 27. Crédit : Tomoaki Matsumoto (Hosei University)

Simulation numérique de la formation d'étoiles multiples. Le mouvement des condensations gazeuses crée des turbulences semblables à ce qui est obervé dans MC 27. © Tomoaki Matsumoto (Hosei University).

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Le numéro 573 de Ciel & Espace est en kiosques : Les extraterrestres sont-ils verts ?

    S’ils existent, pourquoi les extraterrestres ne sont-ils toujours pas arrivés sur Terre ? Cette question posée voici plusieurs décennies par le prix Nobel de physique Enrico Fermi a suscité plus de 70 réponses possibles. La plus récente est pour le moins étonnante : c’est parce qu’ils seraient écolos…

  • De la vie découverte sur Vénus ? Pourquoi ce n’est pas si simple

    La découverte de phosphine dans l’atmosphère de Vénus, une molécule présentée comme une « biosignature », a fait bruisser la toile pendant plusieurs jours avant l’annonce officielle de ce 14 septembre 2020. Il y a pourtant peu de chances pour que cette détection ait un quelconque rapport avec la vie extraterrestre.

  • Les pluies de la jeune Mars quantifiées pour la première fois

    Il ne pleut plus sur la planète Mars aujourd’hui, mais il a plu voici plusieurs milliards d’années. En quelle quantité ? Sous quelle forme ? Pour la première fois, des chercheurs ont quantifié ces précipitations extraterrestres.