Alerte aux aurores boréales

L'erruption de classe X du 28 novembre. Crédit : NASA / SDO / AIA.

Quatre éruptions majeures survenues sur le Soleil depuis le 25 octobre vont provoquer de belles aurores boréales sur Terre. Elles seront peut-être visibles à nos latitudes.


Des sursauts à répétition
Lorsqu'une éruption importante a lieu à la surface du Soleil, un flot de particules est soufflé vers l'extérieur du Système Solaire. Les astronomes appellent cela une éjection de masse coronale. Les particules électrisées atteignent l'orbite terrestre en quelques dizaines d'heures. Elle peuvent alors déclencher des aurores boréales.
Une éruption particulièrement puissante (dite « de classe X », le niveau le plus élevé) a eu lieu ce matin à 2h03. Elle a été suivie d'une éjection de masse coronale plus faible à 4h41. Notre étoile a connu d'autres sursauts d'activité les jours précédents. Ils devraient produire leurs effets dès aujourd'hui, avec un pic d'activité à 17h TU (18h heure française).

Ci dessous le Soleil vu par le coronographe du satellite SOHO ces 4 derniers jours. Le disque de l'étoile est occulté, cet instrument observe la couronne et montre notamment les éjections de masse coronale.


Aurores en vue ?
Le pic attendu en fin de journée doit se prolonger dans la nuit. L'activité sur Terre étant difficile à prévoir, il est conseillé de surveiller l'horizon nord dès le début de la nuit si vous avez du beau temps et un ciel sans pollution lumineuse dans cette direction. Parfois l'activité n'est détectable qu'en photo et se traduit par un halo rouge à l'horizon. N'hésitez pas à faire le test ! Notre œil, peu sensible à cette couleur en basse lumière, est plus limité que l'appareil photo. Il est conseillé de multiplier les photos pour voir si il y a du mouvement dans le halo, c'est le meilleur moyen de le distinguer d'une éventuelle pollution lumineuse.


Une seconde chance les jours suivants
L'éruption de classe X de ce matin devrait produire plus tard, le temps que les particules atteignent la Terre. Encore faut-il qu'elles soient dirigées dans la bonne direction. Ce n'est pas évident dans le cas présent car l'éjection de masse coronale a eu lieu au limbe ouest de notre étoile. Il arrive néanmoins que des particules soient éjectées latéralement. Dans ce cas elles ont une chance d'atteindre la Terre d'ici le 30 octobre.


Suivez les prévisions
Pour obtenir des prévisions, rendez-vous sur le site du Geophysical Institute ou celui du NOAA, qui permet aussi de suivre l'activité en direct. Vous pouvez également vous tenir informé sur le site Spaceweather. Celui-ci indique une probabilité de 45% d'avoir des aurores visibles aux latitudes moyennes dans les prochaines 48h. Mais le pic d'activité peut survenir lorsqu'il fait nuit aux antipodes.

Ci-dessous les prévisions la modélisation du vent Solaire pour le 28 à 27 h TU. En haut les vitesse de vent, en bas la densité du plasma. La Terre est le petit rond vert sur la droite. Crédit : NOAA.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Les nuages noctiluques font leur retour au crépuscule

    En juin et juillet, les longs crépuscules d’été réservent souvent une surprise : l’apparition d’étonnants nuages luminescents dans un ciel déjà sombre. Ces formations spectaculaires semblent surtout survenir en période de minimum d’activité solaire, et chacun peut les observer. C'est sans doute la dernière année favorable à leur observation avant 10 ans, donc profitez-en !

  • L’Europe pourrait construire son propre vaisseau spatial

    Serait-il possible de voir des astronautes s’envoler dans l’espace depuis la Guyane au sommet d’une Ariane 6 ? Toute la technologie nécessaire est déjà au point, répond l’étude du CNES présentée le 16 juin 2021 au forum GLEX sur l’exploration spatiale, à Saint-Pétersbourg.

  • Des complications pendant la sortie dans l’espace de Thomas Pesquet

    Au terme de leur sortie dans l’espace, Thomas Pesquet et Shane Kimbrough ne sont pas parvenus à déployer les panneaux solaires. Objectif manqué pour une mission qui a connu plusieurs couacs.