10 façons de vérifier par soi-même que la Terre n’est pas plate

A gauche l'aspect d'une éclipse de Lune par une hypothétique Terre plate. A droite ce qui se passe vraiment. Crédit : JL Dauvergne.
La théorie de la Terre plate est à la mode sur les réseaux sociaux, ça ne la rend pas pour autant valide. Si vous connaissez un internaute pris de doute, voici comment quelques observations astronomiques peuvent l’aider à vérifier facilement par lui-même qu’il vit bien sur une planète sphérique comme les autres.

Platon et Aristote ont apporté les premières preuves de la rotondité de la Terre, et pourtant 25 siècles plus tard, 2% d’un panel de personnes sondées par YouGov déclarent qu’elle est plate. Plus étonnant, 14% n’ont pas de certitude sur sa rotondité. Ce doute est alimenté par une poignée d’internautes très actifs imaginant un grand complot mondial impliquant les agences spatiales. S’il vous arrive dans votre entourage d’être confronté à l’une de ces personnes traversées de doute, vous pouvez lui conseiller de vérifier par elle-même que la Terre est bel et bien ronde. C’est au moins l’avantage de cette théorie du complot par rapport à d’autres, elle est facile à détricoter soi-même à partir d’observations simples. Voici donc 10 façons de vérifier que la Terre est ronde en faisant appel notamment à l’astronomie.
 

1. Les éclipses

Nul besoin de technologie ni d’une dangereuse fusée comme celle de Mad Mike Hugues pour prouver que la Terre est ronde. Aristote est parvenu à faire cette démonstration à l’époque de la Grèce antique.

Nous relations les "exploits de Mad Mike en 2018 dans les pages de Ciel & espace avec une BD signée Lepithec 

L’un de ces arguments a tout simplement été l’observation des éclipses de Lune. Le savant avait compris que la Lune passe dans l’ombre de la Terre, ce qui donne l’occasion de voir clairement le contour circulaire de la Terre comme le montre la photo ci-dessous. Le bord de l’ombre dessine en effet un arc de cercle et non pas une forme plate. Ces observations d’éclipses peuvent se faire à l’œil nu et sont à la portée de tout un chacun. La prochaine occasion d’en observer une est le 19 juillet 2019.

Éclipse de Lune du 3 mars 2007. © JL Dauvergne.

2. Les ombres

Environ un siècle après Aristote, Ératosthène a non seulement apporté une preuve supplémentaire de la rotondité de la Terre, mais en plus, est devenu célèbre en calculant sa taille avec précision. Il avait noté que le 21 juin, le Soleil éclairait le fond des puits à Syène lorsqu’il culminait proche du zénith. Cette ville se trouve proche du tropique du Cancer. Il savait aussi qu’à la même date, l’obélisque d’Alexandrie situé plus au nord projetait une ombre. C’est en soi une preuve que la Terre n’est pas plate. La route entre Alexandrie et Syène était bien connue en raison de son trafic marchand. Lorsque le Soleil culmine à cette date, un bâton à Alexandrie projette une ombre dont l’angle correspond à la différence de latitude entre les deux villes : 7,2°. Cet angle se calcule avec les formules de trigonométrie enseignées aujourd’hui au collège. Puisque la distance entre ces deux points est bien connue, Ératosthène a pu en déduire par une simple règle de trois, que la circonférence de la Terre est égale à la distance entre les deux villes, multipliée par 360°/7,2°.

Schéma de l'expérience d'Ératosthène. © Raphael Javaux. 

Il suffit d’avoir un ami situé quelques degrés de latitude plus au sud ou plus au nord pour reproduire cette expérience en utilisant simplement des bâtons et en mesurant leur ombre à midi à une date donnée. C’est d’ailleurs une expérience parfois mise en place dans des établissements scolaires par des associations d’éducation populaire.  

3. Téléphoner à un ami

Sur une Terre plate, le coucher de Soleil aurait lieu à la même heure pour tout le monde. © JL Dauvergne.

Vous vous souvenez sans doute de cette publicité dans laquelle deux amis situés aux antipodes se téléphonent lorsque le Soleil se couche pour l’un et se lève pour l’autre. Phénomène totalement impossible à observer sur une Terre plate. Les fabricants de téléphones seraient ils impliqué dans le complot ? C’est facile à vérifier par vous-même en décrochant votre téléphone pour appeler un ami situé quelques centaines de kilomètres plus à l’est ou plus à l’ouest. Appelez-le lorsque le Soleil se couche pour vous. Si votre ami est plus à l’est, le Soleil se sera déjà couché depuis un moment pour lui. Si au contraire il est plus à l’ouest, l’astre du jour ne sera pas encore couché. Il y a ainsi environ une demi-heure de décalage entre Nantes et Strasbourg en cette saison. Attention, choisissez, vous et votre correspondant, un lieu à l’horizon dégagé car la présence de montagnes sur l’un des deux sites fausserait le résultat.

4. La Terre plate n’explique pas les fuseaux horaires

Dans le prolongement de l’idée précédente, nous n’avons pas sur Terre partout les mêmes fuseaux horaires. Il suffit de voyager un peu pour être contraint à devoir décaler sa montre de quelques heures. Un décalage difficile à expliquer par une théorie du complot. Sur une Terre plate, il devrait faire nuit au même moment pour tout le monde et le Soleil devrait culminer également au même moment pour tout le monde.

Si le billet d’avion pour constater par soi-même l’existence des fuseaux horaires coûte trop cher, il reste possible de s’amuser à contacter un Australien pendant qu’il fait jour chez nous pour constater que chez lui il fait nuit. On peut aussi encore plus simplement s’amuser à chercher dans un moteur de recherche des webcams à travers le monde.

5. Sur les pas des navigateurs

© JL Dauvergne

À croire que les grands navigateurs ont tous participé au grand complot de la Terre plate… Ils prétendent se servir depuis des siècles de l’Étoile polaire pour déterminer leur latitude sur Terre. Là encore, ce qu’ils prétendent est très facile à vérifier par soi-même. Si vous êtes au pôle Nord, la Polaire est au zénith. Si vous êtes à l’équateur, elle est à l’horizon. Cette observation est impossible à expliquer sur une Terre plate. Si vous n’avez pas le loisir de naviguer sur les océans, ou de vous rendre à l’équateur et près du pôle Nord, il est néanmoins facile en France d’aller voir la hauteur des astres entre Lille et Marseille, par exemple. Pour évaluer la hauteur de l’Étoile polaire, c’est un peu technique ; il faut un sextant.

Cette photo à pose longue montre le mouvement des étoiles dans le ciel autour de l'Étoile polaire. © JL Dauvergne.

Il est en revanche facile de constater que certaines étoiles visibles à Marseille lorsqu’elles culminent ne sont pas visibles à Lille. En ce moment, nous avons deux beaux jalons vers le sud avec les planètes Jupiter et Saturne. Saturne, par exemple, culmine à 17° dans le ciel lillois contre 25° à Marseille. La différence est notable même sans instrument de mesure. La main tenue à bout de bras tous doigts écartés indique un angle d’environ 20°. On voit ainsi que la distance entre Saturne et l’horizon est de moins de 20° à Lille et de plus de 20° à Marseille. Pour savoir où est Saturne en ce moment, référez-vous aux éphémérides du numéro de Ciel & espace actuellement en kiosques.

6. Invitation au voyage

Le Grand Nuage de Magellan, visible en haut à droite, est une galaxie périphérique de la Voie lactée. Elle n'est pas visible depuis l'hémisphère Nord. © JL Dauvergne.

Dans la suite de l’idée précédente, de nombreux astronomes amateurs aiment s’évader de chez eux pour aller contempler le ciel de l’hémisphère Sud. Après tout l’observation de la hauteur des astres entre Lille et Marseille prouve que la Terre est à minima bombée, mais ne prouve pas qu’elle est sphérique. Par contre, si le ciel que vous voyez en France n’est presque plus visible lorsque vous vous rendez en Afrique du Sud, en Australie ou au Chili, c’est bien que la Terre est ronde. On découvre un autre pôle céleste autour duquel semblent tourner les étoiles. Impossible d’avoir deux pôles célestes sur une Terre plate.

7. Observez les bateaux

Par une belle journée de temps très clair, amusez-vous à observer les gros bateaux ou les voiliers en train de s’éloigner avec une paire de jumelles. On note que la coque disparaît avant le mât. Une Terre plate n’explique pas cette observation très facile. Alors qu’une surface terrestre bombée, oui !

8. La ligne s’enfonce sous l’horizon

Un exemple analogue à l’expérience avec les bateaux est à chercher du côté des infrastructures humaines longues installées sur de grandes surfaces d’eau. Un exemple très parlant est la ligne à haute tension située sur le lac Pontchatrain, près de la Nouvelle-Orléans. En se mettant dans son axe, on peut la voir clairement plonger sous l’horizon en suivant une courbure. Or, les pylônes sont tous à la même hauteur, plantés de façon rectiligne et de niveau. Dans le cas d’une terre plate, les plus lointains devraient sembler plus petits mais être visibles en entier. Or, seule leur partie supérieure est visible, le bas étant sous l’horizon. De même, la ligne qu’ils forment vers l’horizon devrait être droite et non incurvée. Cette courbure, c’est celle de notre planète ! En cherchant bien, d’autres analogues doivent pouvoir se trouver sur Terre avec des ponts de plusieurs dizaines de kilomètres. La vidéo ci-dessous montre le phénomène au lac Pontchartrain.

9. Explorez les planètes

La Terre est une planète. On peut espérer que les partisans de la Terre plate s’accordent avec nous sur ce point. Pour le commun des mortels, il n’est pas possible de prendre un vaisseau spatial pour aller voir à quoi elle ressemble depuis l’espace. Certes. Il est en revanche à la portée de n’importe qui de pousser la porte d’un club d’astronomie, au moment des prochaines Nuits des étoiles par exemple, pour aller observer d’autres planètes au télescope et voir à quoi elles ressemblent. Sur Mars et Jupiter, les détails de surface sont facilement visibles même avec du matériel amateur. Par chance, Jupiter est bien visible actuellement. Pour Mars, il faudra attendre l’été et l’automne 2020.

À l’oculaire du télescope, l’observateur constate déjà d’emblée que ces planètes sont rondes. Mais après tout, si on veut se faire l’avocat du diable, il peut s’agir de disques qui, par le plus grand des hasards, nous font face. Or, il suffit d’attendre quelques dizaines de minutes pour constater que les détails défilent à leur surface montrant ainsi clairement qu’elles sont sphériques. La surface change mais l’objet reste circulaire.

Cette vue de Jupiter en rotation par exemple a été obtenue par un groupe d’amateurs depuis le Pic du Midi : 

Full rotation of Jupiter from Jean-Luc Dauvergne on Vimeo.

10. Gravité

Dans un monde plat tel que décrit par les défenseurs de cette idée folle, il est difficile de rendre compte des forces de gravité. Pour une Terre ronde, le centre de gravité est dans le noyau. Sur une Terre plate, il est au centre du disque. Du coup, un fil à plomb ne devrait pas pointer tout droit vers le sol, mais être incliné légèrement vers le centre du disque (à moins d’être parfaitement au centre de ce disque). Il faut mettre les sceptiques au défi de mettre en œuvre ces 10 expériences.

Au-delà de ça, il faut les encourager à passer l’hypothèse de la Terre plate au rasoir d’Ockham : l’explication la plus simple est presque tout le temps la bonne. Pour admettre que la Terre est plate, il faut supposer que, depuis des siècles, tous les explorateurs, tous les navigateurs, tous les gouvernements, tous les scientifiques nous mentent sans que jamais personne ne dévoile l’invraisemblable supercherie. Alors que, on vient de le voir, les vérifications sont à la portée de tous, surtout en notre ère de monde interconnecté. Pis, dans les dernières décennies, de nombreuses agences spatiales gouvernementales se sont développées, ainsi que des entreprises privées capables de lancer des satellites et des fusées. Il faut donc concevoir que les millions de personnes impliquées un jour ou l'autre dans ces programmes cultivent le mensonge sans jamais le trahir. Pis encore, il faut imaginer que les innombrables photos diffusées par ces agences spatiales et les satellites météo sont photoshopées. Beaucoup de grands secrets de l’histoire partagés par un nombre de personnes bien plus petit ont été trahis et n’ont pas résisté à l’épreuve du temps. Dernière question à se poser et non des moindres, quel intérêt aurait tous ces acteurs publics et privés à entretenir un tel mensonge ?

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Fin de parcours pour les fusées russes Proton

    La Russie va mettre fin à la production de ses lanceurs Proton, conçus dans les années 1960 et qui avaient notamment servi à satelliser les stations Saliout ainsi que les modules de la station Mir ou encore de l’ISS.

  • Découverte d’eau sur l’exoplanète K2-18b… mais pas d'eau liquide

    Pour la première fois, des chercheurs ont détecté de l’eau dans l’atmosphère d’une exoplanète située dans la zone habitable de son étoile. Mais attention, cette eau n’est probablement pas liquide. Et la planète en question, K2-18b, est loin d’être une jumelle de la Terre.

  • Les astronomes traquent la première comète interstellaire

    Alerte ! La première comète venue d’un autre système planétaire pourrait bien avoir été découverte. Dans l’attente de nouvelles nuits d’observation pour en préciser la trajectoire et confirmer qu’elle provient de l’extérieur du Système solaire, l’engouement pour l’objet baptisé provisoirement C/2019 Q4 est total.