Une planète flottante à 20 années-lumière de la Terre

Un astre de la taille de Jupiter, douze fois plus massif et ne tournant autour d'aucune étoile, a été identifié près du Système solaire. Il rejoint le club très fermé des « planètes flottantes », qui ne compte pour le moment qu'une douzaine de membres.

SIMP J013656.5+093347 — son nom scientifique — était connue jusqu'à présent comme une naine brune, c'est-à-dire un astre pas assez massif pour avoir déclenché en son cœur la fusion de l’hydrogène, comme une étoile, mais suffisamment tout de même pour avoir déclenché un temps celle du deutérium (ou hydrogène lourd).

La limite inférieure — théorique et controversée — de la masse d’une naine brune est de 13 fois la masse de Jupiter. En-deçà, on a affaire à une planète.

Or, en démontrant que SIMP J013656.5 appartenait à un groupe d'étoiles nées il y a 200 millions d'années, une équipe nord-américaine menée par Jonathan Gagné est parvenue de manière indirecte à « peser » l'astre.

Ses 12,7 masses joviennes la rangent désormais dans la catégorie des « planètes flottantes », ces planètes qui ne tournent autour d’aucun soleil. C’est même l’une des trois plus proches connues à ce jour.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Le chasseur d'exoplanètes TESS lancé avec succès

    Le successeur du télescope spatial Kepler a été lancé ce 19 avril 2018, à 0 h 51 heure française, par une fusée Falcon 9 de la compagnie Space X. Sa chasse aux exoplanètes proches devrait durer au moins deux ans.

  • Podcast : Des Terres qui basculent !

    Les formations géologiques à la surface des exoplanètes synchrones se déplacent en permanence ! Cet étrange effet, prédit par le planétologue Jérémy Leconte, pourrait avoir des conséquences sur l'habitabilité de certains mondes récemment découverts. Interview.

  • La sonde TGO à pied d’œuvre autour de Mars

    Le vaisseau de l’Agence spatiale européenne Trace Gas Orbiter (TGO) est sur le point d’entamer sa mission : détecter et analyser les gaz présents en faible proportion dans l’atmosphère martienne. Il est arrivé sur son orbite finale, à environ 400 km de la surface de Mars en février 2018.